Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Simulant l’action de fumer, la cigarette électronique conforte le fumeur dans son attitude ?

Cigarette électronique

Publié le 10 septembre 2014

C'est très probablement une des raisons de son efficacité: à l'un de ces nombreux moments où l'envie se fait sentir "d'en griller une", la cigarette électronique est là, apportant son contact, manuel, buccal, avec sa chaleur, sa vapeur chaude dans les poumons… La dimension "comportementale" est évidente, et d'autant plus rassurante que le vapoteur n'a pas la "mauvaise conscience" que donne la cigarette de tabac …

"La plupart des vapoteurs fument aussi des cigarettes de tabac" : VRAI

C'est effectivement une étape fréquente au cours d'un processus de sevrage; elle peut durer longtemps; on conserve quelques "cigarettes nostalgie". Mais le vapoteur signale souvent qu'elles lui conviennent de moins en moins : trop fortes, ou trop fades, voire franchement désagréables…

Certes, l'arrêt total et définitif est à rechercher, puisque c'est le seul qui garantisse une nette diminution des risques liés à la fumée de tabac; mais c'est notoirement difficile, et les échecs sont fréquents.

À contrario, nombre de vapoteurs signalent la facilité avec laquelle l'arrêt a été possible, contrairement aux essais antérieurs !

Ce processus dit de "Réduction des Risques", préférant l'arrêt progressif à l'arrêt brutal, est de plus en plus admis pour le tabagisme, comme d'ailleurs pour toute autre drogue, alcool en particulier.

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer


Mots clés :


Retour en haut de page ↑