Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

Que penser des interdictions ?

A la une

Publié le 20 juillet 2015

Parmi les très nombreuses déclarations publiques de notre Ministre à propos du tabac, il est frappant de voir avec quelle fréquence on entend le mot " interdiction " ; dans le bouquet de toutes celles qui nous attendent on en choisira deux qui vraiment nous interrogent : l’interdiction de vapoter dans les espaces publics et l’interdiction de la cigarette électronique au travail.

L’interdiction de vapoter dans les espaces publics

D’où vient donc cette idée ?

On parle depuis longtemps de la  "dé normalisation du tabac" ; à ce titre, tout ce qui le rappelle doit être interdit ; or la cigarette électronique fait penser au tabac ; elle doit donc être proscrite. Le sophisme est parfait : "raisonnement faux, malgré une apparence de vérité".

Plusieurs questions à notre ministre :

A-t-elle déjà vu, pris en mains, une cigarette électronique ? En dehors des tous premiers modèles, les "cigalikes", jetables, essentiellement vendus par les buralistes, les modèles actuels sont extrêmement différents, tant par leur design que par la façon dont on s’en sert; l’identification est immédiate ; la confusion avec une cigarette de tabac est aussi peu vraisemblable que le serait celle de confondre un vélo et un scooter!

Autant on peut comprendre qu’un fumeur ait envie d’une vraie cigarette en présence d’un autre fumeur en train d’en griller une, autant on le voit mal s’approcher d’un vapoteur utilisant son matériel bizarre, pour quémander une cigarette de tabac…La question sera plutôt : "Qu’en pensez-vous ? Est-ce que ça marche ? "

Les vapoteurs sont essentiellement des fumeurs ou des anciens fumeurs, y compris parmi les jeunes. Les vapoteurs sans passé de tabagisme sont l’exception. Notre Ministre le sait-t-elle ? Veut-t-elle les priver de ce qui leur a permis de se débarrasser du tabac ? N’y a-t-il pas une monstrueuse contradiction entre le fait de tolérer de fumer la cigarette de tabac et celui d’interdire de vapoter? On autorise la  "tueuse "; mais on interdit ce qui peut l’en protéger?

Confondre une cigarette électronique et une vrai cigarette équivaut à confondre un vélo et un scooter...

Interdiction de la cigarette électronique au travail

La toute première raison qui motive le vapoteur est l’envie de diminuer ou d’arrêter sa consommation de tabac ; un fumeur d’un paquet ou plus est toute la journée sollicité de façon de plus en plus impérieuse par son besoin de fumer ; se concentrer devient impossible ; pouvoir vapoter à son rythme, en fonction de ses besoins, c’est reculer en toute sérénité le moment où on pourra, éventuellement, faire une "pause-café " : en vapotant, mais à un moment non choisi ; et bien sûr en respectant la Charte du vapoteur, pour s’assurer qu’on ne dérange pas !

Pourquoi ne pas laisser l’entreprise décider de sa politique vis-à-vis de ce problème?

Les avantages attendus sont nombreux : un meilleur climat relationnel, des salariés plus présents, plus attentifs, faisant moins de pauses, en meilleure santé, moins souvent arrêtés pour maladie ; et cela à coût nul pour l’entreprise, au contraire…Bref, des bénéfices pour tous !

Permettez-nous quelques conseils : soyez de votre temps ; renseignez-vous auprès des utilisateurs ! Vous avez su défendre les "salles de shoot", ce qui n’était pas commode : pourquoi pas le vapotage?

 

 

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer



Retour en haut de page ↑