Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Articles liés au mot clé "dépendance"

Entre infos et intox, que sait-on vraiment de la nicotine?

Le 27 février 2014

La nouvelle règlementation qui va être proposée aux instances européennes pour la cigarette électronique est, pour l'essentiel, centrée sur la nicotine. Que lui vaut donc cet honneur? Trois idées simples à retenir, pour distinguer le vrai du faux. "La nicotine tue; la dose mortelle est de 60 mg". Faux ; la nicotine ne tue pas: cette valeur de 60 mg, venant d'une source datant de 1856, rapportée religieusement depuis par l'OMS et par d'autres sources aussi officielles, est en fait, totalement fausse; la dose létale théorique est plus de 20 fois supérieure, inaccessible en pratique au vapoteur comme au fumeur, sauf évidemment en cas d'intoxication volontaire ; la nicotine ne tue pas; c'est la fumée de tabac qui tue. Dans les faits, le consommateur s'arrête de lui-même quand son besoin est couvert, comme on s'arrête tout naturellement de boire (de l'eau plate…) quand on n'a plus soif. Ce réflexe est nommé "auto titration". Cela est vrai, tant pour le fumeur que pour le vapoteur: le besoin disparu, on ne tire plus sur sa "cigarette", électronique ou non


Histoire de fumeur :
cas clinique n°1

Le 8 septembre 2013

Ici vous trouverez des histoires courtes vécues par des professionnels ayant accompagné des fumeurs dans leur démarche. Elles invitent à la réflexion... Cas clinique N°1 Pierre, 57 ans,  personnage charismatique Pierre, 57 ans, responsable et animateur d’une MJC, personnage charismatique, grand communicateur, est très gros fumeur, de très longue date. N’ayant jamais arrêté, il se trouve confronté à la législation dans une structure sans tabac, et en porte à faux dans le rôle d’exemplarité qui devrait être le sien ; il demande de l'aide pour s'arrêter de fumer. Le tabacologue évoque avec lui sa participation à un groupe d'aide à l’arrêt du tabac, pour qu'il puisse bénéficier par les échanges d'expérience de la dynamique et du soutien d'autres fumeurs. Pierre demande le temps de réfléchir. Lors de la 2ème consultation, il déclare : "l’équipe qui m’entoure fume aussi ; je pense que je vais accepter votre proposition d’être l'animateur de ce groupe". Plusieurs réflexions  : on assiste à une sorte de déni de ses propres problèmes et à une fuite devant la réalité : or c’est ici lui qui est en cause,  ce ne sont pas les autres. Pierre tient à ne pas sortir de son statut: c’est la vedette. dans le cas de Pierre, les probabilités d'arrêt sont faibles, s'il n'y a pas de prise en charge psychologique pour remise en question du personnage derrière lequel il s'abrite. la démarche de Pierre est totalement différente de celle, par exemple, des Alcooliques Anonymes : ces personnes sont sorties de leur addiction ; elles sont devenus abstinentes ; elles décident alors modestement d'aider les autres, en partageant avec eux leur expérience. Epilogue : C’est sans surprise qu'on ne revoie plus Pierre à la consultation; il ne donne pas de nouvelles, même sollicitées par courrier et par téléphone.  


« Avez-vous peur de votre cigarette? »

Le 21 août 2013

Faire peur, est-ce efficace? Des mesures spectaculaires prises par différents pays imposant sur les paquets de cigarettes l'inscription de slogans et d'images-choc jouent sur la peur; l'efficacité de ces mesures qui interviennent rarement seules est d'évaluation difficile. L'information et la "dé-normalisation" du tabac dans ces 50 dernières années ont été suffisantes pour que chacun soit conscient du "risque de maladies graves" liées au tabac; bien sûr pour le fumeur dépendant cela ne suffit pas à provoquer l'arrêt; mais qui ignore le risque sanitaire? Y a-t-il encore des fumeurs "heureux", véritablement "non concernés" par les dangers du tabac? Certes il existe des fumeurs occasionnels, peu exposés au tabagisme, qui fument en empruntant une cigarette à l'ami fumeur ; d'autres sont fumeurs de pipe qui, allumée ou pas, ne les quitte jamais. Les arguments sont souvent les mêmes, faisant référence à son environnement: "Mon grand père…Mon voisin… est mort presque centenaire; or il fumait tous les jours" C'est ignorer qu'à 85 ans, 33% des non fumeurs sont encore en vie, alors qu'il ne reste que 8% des fumeurs. Pariez-vous toujours sur l'exception? Par contre, 80 % des fumeurs désirent s’arrêter; parmi eux, plus d’un tiers a fait une tentative sérieuse dans les 12 derniers mois. Les autres sont souvent dans le déni: " Je ne veux pas savoir" la peur ne suffit pas à provoquer l'arrêt Mais pourquoi? Par peur… Ainsi le fumeur se trouve-t-il dans une ambigüité fondamentale, basée sur le sentiment désagréable d'un comportement qu'il sait non souhaitable, nourri par un sensation lancinante de culpabilité. Comment sortir de là? Il faut juste avoir le courage et la simplicité de se faire aider par un professionnel qui vous accompagnera dans cette démarche, sans jugement, comme un ami sur qui s'appuyer dans une traversée difficile. Avec lui vous débrouillerez ce sentiment d'inconfort: De quoi sont faites ces peurs? la peur de perdre le soutien de la cigarette quand elle marque tous les instants de votre vie : la pause, l'attente, le changement d'activité, le coup de "blues" la peur d'un nouvel l'échec lors d'une tentative d'arrêt la peur de la reprise après quelques semaines ou mois d'efforts répétés la peur de revivre une expérience pénible: "J'ai pris 10 Kg que je n'ai jamais perdus" ou " Je ne dormais plus; j'étais à crans; j'étais odieux avec tout le monde" La peur de donner le mauvais exemple La peur de faire du mal [&hellip


Jeune, es-tu déjà piégé par le tabac?

Le 10 août 2013

"Fumer tue": Aucun jeune ne l'ignore, c'est marqué sur le paquet, accompagné d'une image "gore" pour souligner le message… Mais chacun pense qu'il a le temps pour s'arrêter, et qu'il le fera quand il le voudra. Et si c'était faux, et s'il était déjà piégé? Comment savoir, et lui faire savoir, qu'il a peut-être déjà franchi la ligne rouge? Le test de HONC tente de répondre à cette question. L'initiation au tabagisme est le fruit de circonstances dont le jeune n'est pas responsable: en particulier interviennent à différents degrés son environnement tabagique, la qualité du système éducatif dont il a bénéficié et bien sûr le matraquage publicitaire des cigarettiers dont les jeunes sont la cible privilégiée. La rencontre trop facile avec le tabac, l'exemple et la tolérance des adultes, surtout s'ils sont fumeurs, l'absence d'interdits clairs et respectés, les incohérences dans l'application des règlements… sont autant d'entraves au respect de la loi par les jeunes, à un âge où le besoin de s'affirmer s'exprime avec tant de force par la prise de risques et en bravant les interdits. Plutôt que de stigmatiser un comportement, demandons à l'adolescent "Te sens-tu libre et autonome, ou au contraire prisonnier de ta cigarette?" Lui proposer de faire cette analyse, c'est l'amener à s'interroger sur la façon dont il se voit face au tabac, et c'est lui ouvrir la perspective de prendre son destin en main. Le Hooked on Nicotine Checklist (HONC), test utilisable aussi chez l'adulte, comporte 10 questions; il permet de mesurer la perte d'autonomie des adolescents envers le tabac. ("Hooked": "accroché"," comme avec un hameçon"). On y explore les trois dimensions de l'addiction au tabac: Faire quelque chose que tu ne désires pas faire As-tu déjà essayé d’arrêter de fumer, mais sans succès? Fumes-tu toujours parce que c’est trop difficile d’arrêter? As-tu déjà ressenti que tu étais dépendant du tabac? Tes difficultés à ne pas fumer dans certaines circonstances As-tu parfois une forte envie, intense, de fumer? As-tu déjà ressenti que tu avais vraiment besoin d’une cigarette? Est-ce difficile pour toi de ne pas fumer dans les endroits où c’est interdit? Des symptômes liés au sevrage Quand tu as essayé d’arrêter de fumer… ou quand pour quelque raison que ce soit, tu n’as pas fumé depuis un certain temps…: As-tu trouvé difficile de te concentrer parce que tu ne pouvais pas fumer? Te sentais-tu plus irritable parce que tu ne pouvais pas [&hellip


Les limites du Test de Fagerström

Le 31 juillet 2013

La retraite de Karl Fagerström en 2011 marque-t-elle la fin du si célèbre "Test de Fagerström"? Ce test est le plus ancien; inventé en1978, par un médecin suédois Karl Fagerström, le nom du test a évolué avec l'évolution des connaissances sur le tabagisme. D'abord Questionnaire de tolérance de Fagerström, puis Test de dépendance à la nicotine en 1991, il est devenu au moment de la retraite de K Fagerström en 2011 Test de dépendance à la cigarette, "Avez-vous quelque chose à déclarer?" Fagerström précisait que le test n'a effectivement été validé que pour la cigarette et non pour les autres utilisations du tabac; par ailleurs l'auteur soulignait que outre le fait que le rôle de la nicotine dans la dépendance était mis en question, bien d'autres facteurs, en particulier psycho-sociaux, intervenaient dans la dépendance au tabac. Des avantages Ce test est le plus usuel: un fumeur déjà "testé" et qui consulte à nouveau peut aisément avoir mémorisé un résultat antérieur, comme on se souvient de son poids. Il a pour lui sa simplicité, rendue encore plus évidente si on utilise un test en deux questions (voir "test court"); il est reproductible: deux questionnaires successifs pratiqués dans un délai bref donnent, en principe, des résultats identiques ; il livre un instantané: la situation "actuelle". Il faciliterait le traitement médicamenteux: pour certains spécialistes il débouche, pour le fumeur adulte, sur des indications thérapeutiques codifiables, qui permettraient de délivrer des produits de substitution nicotinique (patchs, gommes …) de façon "adaptée" à chaque fumeur. Il n'est cependant pas exempt de pièges Les pièges des réponses: bien des fumeurs "grippés" ne se mettent pas au lit quand ils sont malades. Avant de voir un film de trois heures, un fumeur dépendant prend ses précautions et fume 3 à 4 cigarettes avant d'entrer; à la sortie, il se précipite pour en allumer d'autres… Le changement de mode de vie: le Ramadan minore le score; pas de tabagisme le matin, et nombreuses cigarettes après le coucher du soleil; le travail posté avec ses variations peut influer sur la consommation, de même que les vacances Le moment où est passé le test dans l'histoire du tabagisme : quelle valeur retenir chez un fumeur en pleine phase d'arrêt? Ce test est déclaratif: "Avez-vous quelque chose à déclarer?" On ne répond pas forcément de la même façon au médecin du travail avant une visite d'embauche et au professionnel auquel on [&hellip



Retour en haut de page ↑