Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

l’Europe du tabagisme : similitudes et différences

A la une

Publié le 29 juin 2015

Au moment où nous discutons tant sur l’Europe, sa monnaie, ses frontières,  ceux qui y sont et y vivent, ceux qui voudraient y rentrer, ceux qui menacent d’en sortir,  parait une enquête sur l’Europe du tabagisme. Cette enquête a couvert les 28 pays Européens  entre le 29 novembre et le 8 décembre 2014. Ont été interrogées en face à face 27.801 personnes. La lecture de ce document nous en dit beaucoup  sur l’Europe… En voici quelques extraits.

Un premier constat : plus on est "éduqué", moins on fume ; toutes les personnes en situation de précarité fument davantage.

Où fume-t-on ? D’un pays à l’autre, on fume partout, au travail en particulier, ou seulement en privé ; quant à la publicité, elle s’affiche partout, ou à l’opposé est strictement interdite.

Que fume-t-on ? Avant tout, des cigarettes manufacturées, choisies en fonction de leur moindre toxicité, qu’on évalue par les taux de goudrons, de nicotine…, toutes informations trompeuses,  inscrites sur le paquet. L’emballage influe parfois beaucoup sur le choix, ou peu.

Les essais d’arrêter le tabac ? Cet item est celui qui reflète le mieux l’histoire et la culture générale du tabagisme de chaque pays ou région européenne ; ainsi les pays du nord ont des taux qui avoisinent ou dépassent les 80% de personnes ayant tenté l’arrêt, avec des taux de fumeurs de 10 à 15% : à l’opposé les fumeurs de divers pays sont peu motivés (Portugal, Grèce, Bulgarie) et ont des taux de fumeurs élevés.

Comment arrêter ? Les produits de substitution nicotinique, l’aide d’un professionnel de santé n’ont plus la cote ; par contre l’e-cigarette fait sa percée. Certains pays l’utilisent beaucoup  avec des taux d’arrêt élevés (Irlande et Royaume-Uni) ; d’autres, où on fume très peu (pays du nord) ne l’utilisent guère.

L’usage de l’e-cigarette est lié avant tout au désir d’arrêter de fumer ; mais l’âge joue beaucoup ; à ce titre, les jeunes sont des clients particuliers, plus intéressés par l’objet lui-même que par sa fonction thérapeutique ; pour les autres utilisateurs, la prévalence progresse de façon naturelle avec l’âge et les soucis de santé.

La cigarette électronique : pour arrêter, est-ce que ça marche ?

"La France a un profil très proche de celui de la moyenne  Européenne"

Le tableau qui répond le mieux à cette question comporte cinq colonnes de réponses possibles :

Pays :
Arrêt complet :
Arrêt mais rechute :
Réduction mais sans arrêt :
Ni arrêt ni réduction :
Augmentation du tabagisme :
EU
14%
13%
21%
45%
4%
FRANCE
14%
12%
20%
49%
2%

La France a, on le voit, un profil très proche de celui de la moyenne Européenne. Les champions de l’arrêt complet (plus de 20%) et du faible taux d’échec (environ 30%) sont l’Irlande et le Royaume-Uni.
Grâce à ma-cigarette et à un vapoteur belge, Frank Baeyens, vous aurez accès à un calcul transformant ces taux d’arrêt complet en millions : six millions de personnes ont possiblement échappé à "la tueuse" : neuf millions ont diminué leur consommation ; cela valait d’être dit !

On remarquera l’absence totale de référence au matériel et aux perspectives de ses progrès ; est-ce pour éviter de faire la moindre publicité à l’e-cigarette ?

Parmi les constatations remarquables

La diversité culturelle du tabagisme en Europe, chaque pays ayant son histoire.

La proportion d’européens qui pensent que l’e-cigarette est dangereuse. Elle a cru brusquement entre 2012 et 2014, passant de 27% à 52%. On admirera ici le travail des détracteurs institutionnels, l’OMS en tête, des médias qui vivent du scoop, de "l’insolite",  et des lobbies divers, des cigarettiers  en particulier.

La menace la plus sérieuse contre l’e-cigarette : une législation imposée et non adaptée.

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer


Mots clés : , ,


Retour en haut de page ↑