Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

Le bon vent viendra-t-il jusqu’à nous ?

A la une

Publié le 2 septembre 2015

Le Service de Santé Publique (Public Health England ) de sa Majesté l’a constaté :

"Les cigarettes électroniques sont sans discussion très nettement moins dangereuses que les cigarettes de tabac". "Le taux d’arrêt des vapoteurs sans reprise du tabac est, après celui de l’Irlande (24%), le plus élevé d’Europe (21%)".

La e-cigarette est adoptée ! Leur gouvernement regarde l’Europe et ses règlements avec un flegme "so British", discrètement amusé.

Pendant ce temps, ici, on s’inquiète...

" Ces contraintes devraient, pour des raisons de survie, orienter vers des produits de base moins coûteux et moins efficaces"

Un Communiqué de presse, signé par quatre associations "appelle le gouvernement, les députés et les sénateurs à suivre l’exemple anglais, le plus performant contre le tabagisme depuis des décennies, et à revoir les projets de textes sur la cigarette électronique dont trop de mesures sont venues brider l’usage".

"Soyez sûr qu’on s’occupe de vous ! " Ces opposants, qui sont-ils ?

1- L’OMS est le premier d’entre eux à donner le ton : un rapport extrêmement réservé en octobre dernier admet du bout des lèvres qu’on ne peut interdire la e-cigarette chez des fumeurs adultes qui voudraient arrêter leur tabagisme.

2-La Directive tabac européenne n’est pas tendre pour la cigarette électronique
" Certains eurodéputés et les fonctionnaires de la Commission ont fait passer en secret toute une série de mesures administratives alambiquées dans les coulisses des négociations, sans même avoir abordé la question avec les usagers des cigarettes électroniques ou avec d'autres eurodéputés" déclare le rapporteur britannique Linda McAvan. Qui donc était derrière eux ? Philip Morris ?

3-Comment s’opposer à la cigarette électronique sans en avoir l’air ?

Trois moyens pour y parvenir

  • Compliquer au maximum la règlementation en s’attachant à faire préciser toutes les caractéristiques les plus détaillées de l’e-cigarette, matériel  et e-liquides; certaines précisions peuvent d’ailleurs être impossibles à fournir par manque de dispositifs adaptés, peu répandus.
  • Réclamer l’ensemble des demandes au moins six mois avant la date prévue pour la réunion de la DPT, soit avant mai 2016.
  • Rendre la phase d’expertise, par l’ensemble des moyens à mobiliser, si compliquée et si coûteuse, que seuls les très grands groupes pourront postuler ; ainsi se trouvent éliminés de la compétition nombre de petits chercheurs très inventifs qui contribuent à l’amélioration permanente des modèles disponibles.

En conséquence, l’ensemble de ces contraintes devrait, pour des raisons de survie, orienter la production vers des produits de base, moins coûteux et moins efficaces...

4-Les lobbies du tabac, Philip Morris en tête, qui à l’occasion de la Convention Cadre à Bruxelles ont littéralement "encadré " nombre de députés européens pour influencer leur vote et éviter des décisions défavorables à leurs produits ; ils disposent maintenant d’une cigarette électronique relayée par les buralistes qui en ont l’exclusivité ; elle est certes d’efficacité controversée, mais parfaitement profilée pour s’adapter à la nouvelle règlementation.

5-Les grandes compagnies pharmaceutiques sont inquiètes de la concurrence de la e-cigarette, développée aux dépends de molécules coûteuses, en perte de vitesse à côté des produits de substitution nicotinique, eux-mêmes réputés peu efficaces par les utilisateurs.

6-L’Etat quant à lui se trouve en complet porte à faux entre divers objectifs :

  • ceux de la Santé Publique, normalement prioritaires,
  • ceux de Bercy, à l’affut du produit des taxes sur le tabac
  • ceux des buralistes, qu’il faut ménager, dont les revenus réels augmentent et qui se plaignent cependant de leur condition.

Ainsi, la lutte contre le tabac se trouve écartelée entre des ministères aux intérêts concurrents et divergents. Notre Ministre n’est pas avare de déclarations, sans que les actions suivent ; on notera cependant qu’une publication d’un de ses services, l’INPES, estime à 400.000 le nombre de fumeurs ayant arrêté grâce à l’e-cigarette... Bagatelle ?

7-Les médias développent leur audience en favorisant des débats entre partisans et détracteurs de la e-cigarette, à l’occasion de tous les scoops nés des mésaventures de vapoteurs trop bricoleurs, et/ou inconscients. Tout cela entretient, vis à vis de la e- cigarette, la méfiance, qui n’a jamais été aussi marquée. Les récentes décisions britanniques vont alimenter de nouveaux débats !

8-Enfin n’oublions pas les craintes fantasmées de la vape qui inciterait les jeunes à fumer, alors qu’un nombre croissant d’études démontre exactement le contraire : le jeune vapoteur est pratiquement toujours déjà fumeur...

Pour celui qui a tout essayé et qui se désespère d’y arriver jamais, si une "seconde chance" était la seule chance ?

On l’a répété : nous disposons avec la e-cigarette d’un moyen historique de se débarrasser du tabac ; n’attendons pas ! Ceux qui, au pouvoir, s’y opposeraient, vont se le voir reprocher.

 

 

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer



Retour en haut de page ↑