Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

La France, mauvais élève de l’Europe ?

Actu tabac

Publié le 23 août 2015

On le savait depuis l’enquête " Eurobaromètre sur l'attitude des Européens à l'égard du tabac" dont nous avons déjà rapporté les résultats sur ce site : la France occupe un rang médiocre, avec ses 24% de fumeurs de plus de 15 ans, bien loin de la Suède (11 %) et de la Finlande (19 %).

Notre politique de lutte contre le tabac, si ambitieuse sur le papier, inscrite au sein d’un plan Cancer (Objectif 10), comporte des objectifs très ambitieux, publiquement annoncés et aussitôt dénoncés comme de la "politique fiction "; un programme déjà pointé du doigt par la Cour des Comptes en 2012, et qui traîne.

Tout indique que nous sommes à la fin d’un cycle :

On ne fera pas beaucoup plus, avec nos outils actuels, déjà bien rouillés ; la "dénormalisation " du tabac est acquise, l’interdiction de fumer dans les lieux ouverts au public est globalement à peu près respectée, bien que jamais contrôlée ; les fumeurs fument dehors : leurs mégots en font foi. Beaucoup, qui sont conscients des dangers du tabagisme passif, l’épargnent à leurs proches. Peut-on vraiment faire mieux ?

Traversons le Channel et regardons ce que font nos voisins.

Les Anglais, il y a une décennie, fumaient autant que nous.

Avec leur pragmatisme réputé, leur Service de Santé Publique (Public Health England ) s’est attaché à voir la réalité en face. Il a noté qu’en dépit des controverses sur la e-cigarette, le taux d’arrêt des vapoteurs sans reprise du tabac était tout simplement, après celui de l’Irlande (24%), le plus élevé d’Europe (21%). Il vient donc de reconnaitre officiellement (le 19 août dernier) que les cigarettes électroniques sont sans discussion très nettement moins dangereuses que les cigarettes de tabac. En conséquence, une fois les produits nécessaires agréés et disponibles, il faut autoriser sans tarder leur prescription par tout médecin généraliste. Ce n’est donc plus qu’une question de temps, car le Service de Santé Publique coordonne tout. L’orchestre est en place ; il n’y a plus qu’à accorder les violons.

Il est probable que ces informations vont être relayées dans le monde entier, et peut-être faire rebattre les cartes là où on commençait à désespérer...

Rentrons en France dans notre diversité républicaine.

Développée dans notre pays depuis 2008, la e-cigarette a bouleversé le paysage ; bien utilisée, avec un bon matériel, elle marche ; les vapoteurs le disent ; les professionnels le constatent, l’utilisent avec succès s’ils sont fumeurs et la conseillent de plus en plus.

Nous disposons avec la e-cigarette d’un moyen historique de se débarrasser du tabac ; n’attendons pas !

Et pourtant...Au lieu de s’en réjouir, elle se heurte à des opposants nombreux. Nous y reviendrons prochainement.

Madame notre Ministre, qu’attendez-vous pour écouter ceux qui défendent la e-cigarette ? Pourquoi ne pas en faciliter la diffusion, au lieu d’en entraver la vente ? Il n’est jamais trop tard pour réparer une erreur.

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer



Retour en haut de page ↑