Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

La France livrée aux lobbies du tabac

A la une

Publié le 29 mai 2015

La France fut un des premiers pays à signer en 2004 une convention-cadre avec l'OMS interdisant de se laisser influencer par les ingérences de l'industrie du tabac; un des premiers Européens à mettre en œuvre un cadre législatif pour limiter le tabagisme, actif comme passif. Pourquoi dix ans après se trouve-t-elle dans une situation burlesque, distancée de dix points par le Royaume-Uni dans son pourcentage de fumeurs ?

Marc LOMAZZI, journaliste et rédacteur en chef adjoint du Parisien-Aujourd'hui en France nous l’explique dans son enquête "Comment la mafia du tabac nous manipule". Il faut lire ce travail. On se contentera ici de piocher dans un document prolifique quelques points éclairant le jugement sévère de Catherine Hill.

Le lobby du tabac

Trois comparses se partagent des intérêts communs : le Cartel des cigarettiers (Philip Morris, British American Tobbacco, Imperial Tobbacco, Japan Tobbaco), les buralistes chargés par l'Etat de la vente du tabac, et enfin Bercy qui en retire chaque année 15 milliards d’euros. Tout ce qui risque de toucher à la consommation du tabac nuit donc aux différents partenaires ; chacun joue sa partition devant l’opinion publique et devant les élus, Européens ou nationaux, comme si on ne s’entendait pas.

Une personne clé : l’assistant parlementaire.

Attaché à son député, il est à la fois bureau de renseignements et passeur d’informations ; il est instruit, compétent, bien introduit par son élu dont il partage le sort ; un badge l’autorise à circuler librement dans l’Assemblée… et il est fort mal payé; il est donc la cible rêvée des lobbyistes du Cartel, qui savent lui proposer des informations susceptibles d’intéresser son député : synthèses de rapports, documentations diverses, fausses enquêtes et études d’opinion … bref un complet enfumage, incontrôlable, alimentant les inquiétudes de fin de mandat électoral.

Devenir lobbyiste

L’assistant parlementaire, instruit, compétent et fort mal payé, la cible rêvée des lobbyistes

A l’échéance du mandat, l’assistant qui a pu apprécier l’intérêt que certains lui portent, clairement traduite par la rémunération qu’on lui propose, franchit le pas et accepte le poste ; toute une carrière est devant lui s’il a " l’esprit maison", doublé d’un équilibre psychologique à toute épreuve pour refouler toute pensée d’ordre éthique. Une autre condition absolue : respecter la loi du silence.

Devenu lobbyiste, notre personnage possède l’arme de destruction massive : l’argent, capable d’acheter les plus hauts fonctionnaires, des chercheurs réputés, des membres de l’appareil judiciaire…et capable d’offrir au quotidien des prestations dites "d’hospitalité" : une place dans une loge privée à Roland Garros ou un pseudo "voyage d’études" en Californie…

Les buralistes

Partenaires incontournables des cigarettiers, ils sont particulièrement choyés. Toutes les occasions sont bonnes pour les gratifier, tel le lancement d’un nouveau modèle : cadeaux divers, tombolas, bons d’achats, voyages organisés à l’étranger… La dernière trouvaille : la carte prépayée, délivrée par une société écran, anonyme jusqu’à 2.500 €, et intraçable.

Ces avantages financiers permettent d’adoucir la frustration des buralistes, conscients de la mauvaise image que véhicule le produit qu’ils vendent "qui tue un consommateur régulier sur deux". Le temps de l’ignorance est passé.

"Des députés sous influence"

Dans cet ouvrage publié en 2006 (Hélène Constanty et Vincent Nouzille), on retrouvait déjà les mêmes noms, les mêmes faits, les mêmes manipulations des cigarettiers ; le constat est donc clair : non seulement nous n’avons pas progressé, mais nous avons perdu du terrain.

Evaluer la corruption

On trouvera une illustration de ce fait dans le dernier classement de notre pays par l'organisation non gouvernementale Transparency International: 22ème en 2013, nous sommes maintenant 26ème, et dernier pays européen.

Nous apprenons que certaines multinationales vont maintenant payer des impôts : une idée à souffler à nos gouvernants, concernant le tabagisme?

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer



Retour en haut de page ↑