Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Entre infos et intox, que sait-on vraiment de la nicotine?

A la une

Publié le 27 février 2014

La nouvelle règlementation qui va être proposée aux instances européennes pour la cigarette électronique est, pour l'essentiel, centrée sur la nicotine. Que lui vaut donc cet honneur?

Trois idées simples à retenir, pour distinguer le vrai du faux.

"La nicotine tue; la dose mortelle est de 60 mg".

la nicotine ne tue pas; c'est la fumée de tabac qui tue

Faux ; la nicotine ne tue pas: cette valeur de 60 mg, venant d'une source datant de 1856, rapportée religieusement depuis par l'OMS et par d'autres sources aussi officielles, est en fait, totalement fausse; la dose létale théorique est plus de 20 fois supérieure, inaccessible en pratique au vapoteur comme au fumeur, sauf évidemment en cas d'intoxication volontaire ; la nicotine ne tue pas; c'est la fumée de tabac qui tue.

Dans les faits, le consommateur s'arrête de lui-même quand son besoin est couvert, comme on s'arrête tout naturellement de boire (de l'eau plate…) quand on n'a plus soif. Ce réflexe est nommé "auto titration". Cela est vrai, tant pour le fumeur que pour le vapoteur: le besoin disparu, on ne tire plus sur sa "cigarette", électronique ou non.

"La nicotine rend les consommateurs dépendants"

Il faut alors expliquer pourquoi, paradoxalement, cette si condamnable nicotine fournit les plus vendus des médicaments pour aider les fumeurs à s'arrêter, les produits de substitution nicotinique ; la nicotine est même mise en toute légalité, à l'état pur, à la disposition des jeunes, s'ils sont âgés de plus de 15 ans, sous forme d'inhalateur… Il devient difficile de s'y retrouver!

Certes, il reste vrai que la nicotine participe à la dépendance au tabac; mais associée à bien d'autres substances, qu'elle accompagne, dans un mécanisme addictif particulièrement complexe, et dont bien des éléments n'ont rien à voir avec la nicotine. C'est pour cela que la e-cigarette ne prétend pas effacer toutes les dimensions de l'addiction au tabac.

"La cigarette électronique est infiniment moins nocive que la cigarette de tabac".

Depuis le milieu de l'année 2013, et de plus en plus, on ne trouve plus grand monde pour s'opposer à ce constat.

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer


Mots clés : ,


Retour en haut de page ↑