Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

Histoire de fumeur : cas clinique n°2

Cas clinique

Publié le 31 octobre 2014

Ici vous trouverez des histoires courtes vécues par des professionnels ayant accompagné des fumeurs dans leur démarche. Elles invitent à la réflexion...

Cas clinique N°2

UN PAQUET DANS LA POCHE: est-ce bien raisonnable?

Juliette, 36 ans, célibataire, mais ayant un ami fumeur, est infirmière hospitalière. Très compétente et efficace, c'est une "meneuse". Un statut de leader que personne n'ose lui contester.

Elle fume depuis 20 ans; 30 cigarettes par jour, dont plus de la moitié pendant ses heures de travail. Mais fumer coûte cher et n'a pas trop la cote à l'hôpital: Juliette y est sensible. Après plusieurs tentatives infructueuses sans soutien, médicamenteux ou autres, elle veut à nouveau arrêter.

La consultation de tabacologie

Un rendez-vous discret est pris avec un tabacologue hospitalier, qui apprécie le niveau élevé de dépendance, la motivation sérieuse, et résume ainsi le désir de Juliette "Vous voulez arrêter seule, sans gadgets. Mais vous avez peur de l'échec et plus encore peur du regard des autres, s'ils l'apprennent. Pourquoi alors les informer?"

Pour ce faire, Juliette va garder un paquet de cigarettes bien visible qui lui permettra à la fois de gérer sa peur du manque et de camoufler son travail de sevrage. Elle évitera ainsi les éventuelles propositions malicieuses: "Tu en veux une?".

C'est donc un défi, risqué, qu'elle se lance.

Les suites

Trois semaines plus tard, Juliette déclare que le "pari" est gagné; le paquet est intact; plus forte que l'addiction! Elle attribue tout naturellement ce succès à sa "volonté"; avis qui sera probablement partagé par un entourage admiratif.

Réflexions

Passer de 30 cigarettes quotidiennes à zéro, sans aide: la marche est bien haute…

Juliette a des atouts : son haut degré de motivation; sa maturation, qui ne date pas d'hier: dans sa tête, elle était déjà prête. L'échec possible a été dédramatisé par le professionnel :"C'est un contrat avec vous-même. Ouvrir le paquet ne signifiera pas que vous n'avez pas progressé!"

Attention cependant : Juliette, très fière d'elle, risque d'expliquer à d'autres en tentative d'arrêt l'importance de conserver un paquet de cigarettes pour apaiser les craintes liées au sevrage. Or on conseille évidemment toujours au fumeur de mettre toute cigarette hors d'atteinte, la sienne comme celle des autres, tant est obsédante en cas de dépendance forte l'envie d'en griller une.

Méfiance, donc : le cerveau des addictions a d'autres outils… et les fumeurs "volontaires" ne réussissent pas mieux que les autres! Seul l'avenir dira la durée de ce succès. Gare à la cigarette fumée hors du regard des autres…Ne tentons pas le diable!

 

 

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer


Mots clés :


Retour en haut de page ↑