Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

La Cigarette électronique (trop) « encadrée » par Bruxelles?

A la une

Publié le 29 décembre 2013

On attendait avec inquiétude cette dernière réunion de Bruxelles du 18 décembre, qui devait mettre un point final au programme de lutte contre le tabagisme de l'UE avant la fin de l'année.

tentative délibérée de freiner le développement de la cigarette électronique pour permettre aux cigarettiers de conserver leur clientèle?

Rencontre de trois structures aux compétences variables, aux avis divergents, censées n'avoir qu'un seul but: protéger au mieux la santé des citoyens européens vis-à-vis du tabagisme ( le Conseil des ministres, représentant les 28 États membres de l'UE, le Parlement européen, la Commission spécialisée jouant le rôle d'intermédiaire).

Qu'est-il sorti de dernière session de négociation menée dans une ambiance passablement houleuse?

Une réglementation tatillonne, embrouillée, confuse…en particulier sur la cigarette électronique

Risquons quelques commentaires

Depuis 2007, la cigarette électronique a envahi l'espace médiatique; elle a permis à de très nombreux fumeurs d'arrêter la cigarette ou de diminuer leur consommation, à la grande surprise des vapoteurs eux-mêmes, et aussi des professionnels, de plus en plus nombreux à constater cette réalité.

On dispose avec la cigarette électronique d'un moyen d'écarter toutes les substances contenues dans la fumée de tabac pour ne conserver que la nicotine, la même que celle utilisée pour fabriquer les médicaments de substitution nicotinique; de plus la vapeur émise n'entraine aucun risque reconnu pour l'entourage; ne devrait-on pas s'en réjouir?

Fin 2013, quels besoins maintenant pour la cigarette électronique?

  • Donner à cet outil qui sauve des vies un statut réglementaire, cohérent, acceptable, consensuel
  • Faciliter son expansion, et non le contraire
  • S'assurer bien sûr, de son innocuité à court et moyen terme: mais cela est déjà bien établi; il y a dans le monde des millions de vapoteurs, passés,l'ayant déjà arrêtée car ils n'en n'ont plus besoin, ou actuels; et on peine à trouver une seule observation rapportant des effets secondaires retardés liés aux produits inhalés.
  • Lever les freins qui limitent toute nouvelle innovation du matériel ou du contenu des recharges
    ("nécessité pour les fabricants de déposer une demande de mise sur le marché de tout nouveau produit"); or la compétition entre marques concurrentes est le meilleur garant de la recherche permanente de qualité; c'est clairement un facteur important de réussite dans l’arrêt du tabac.
  • Cesser de dire que la nicotine tue: c'est totalement et définitivement faux; on prescrit depuis des années à de gros fumeurs des traitements de substitution nicotinique à des doses bien supérieures à celles que peut inhaler un vapoteur, même acharné; c'est la fumée de tabac qui tue, et non la nicotine!
  • Admettre qu'on ne doit pas attendre des résultats scientifiques obéissant aux règles strictes des essais thérapeutiques pour autoriser un usage qui s'impose par des faits, en lui opposant une application stupide du principe de précaution: quand il y a le feu dans la foule, on ne réfléchit pas trop longtemps à la toxicité fantasmée du produit contenu dans l'extincteur…Il y a probablement mieux à faire!

Quoi faire alors?

  • Ne pas se tromper d'ennemi: c'est le tabac qu'il faut réglementer, avec les moyens connus, validés et non appliqués, en l'interdisant dans les lieux collectifs, dans la publicité sous toutes ses formes, en harmonisant ses prix dans toute la communauté européenne, en donnant à la prévention les moyens qui lui manquent.
  • Former les politiques qui font des lois sans connaissance véritable des problèmes qu'ils évoquent
  • Faciliter les relations entre les utilisateurs de la cigarette électronique et les conseillers officiels qui ont l'oreille des autorités de santé: c'est ce qui vient de s'élaborer en France (voir texte "Si on fumait le calumet de la paix?")
  • Adapter la législation aux réalités et aux besoins de la population
  • Persuader Bercy qu'il a tout à gagner et rien à perdre en facilitant la disparition du tabac et le cortège ruineux de ses conséquences sanitaires.

Entre nous…

Il reste qu'il est difficile de croire que seule l'ignorance des membres des différentes instances concernées puisse expliquer des propositions qui vont clairement à l'encontre de la protection de la santé des citoyens européens.

Osons l'hypothèse que les lobbies du tabac sont proches des décideurs, tant il parait s'agir d'une tentative délibérée de freiner le développement de la cigarette électronique pour que les cigarettiers puissent conserver leur clientèle.

Les intérêts de la Santé Publique attendront….

Cet article a été rédigé par le RPT21.
Pour toute copie complète ou partielle il est indispensable d'en faire la demande.


Partager cet article ?

Envoyer un email Imprimer


Mots clés : ,


Retour en haut de page ↑