Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Articles de la catégorie "Actu tabac"

Que penser des interdictions ?

Le 20 juillet 2015

Parmi les très nombreuses déclarations publiques de notre Ministre à propos du tabac, il est frappant de voir avec quelle fréquence on entend le mot " interdiction " ; dans le bouquet de toutes celles qui nous attendent on en choisira deux qui vraiment nous interrogent : l’interdiction de vapoter dans les espaces publics et l’interdiction de la cigarette électronique au travail. L’interdiction de vapoter dans les espaces publics D’où vient donc cette idée ? On parle depuis longtemps de la  "dé normalisation du tabac" ; à ce titre, tout ce qui le rappelle doit être interdit ; or la cigarette électronique fait penser au tabac ; elle doit donc être proscrite. Le sophisme est parfait : "raisonnement faux, malgré une apparence de vérité". Plusieurs questions à notre ministre : A-t-elle déjà vu, pris en mains, une cigarette électronique ? En dehors des tous premiers modèles, les "cigalikes", jetables, essentiellement vendus par les buralistes, les modèles actuels sont extrêmement différents, tant par leur design que par la façon dont on s’en sert; l’identification est immédiate ; la confusion avec une cigarette de tabac est aussi peu vraisemblable que le serait celle de confondre un vélo et un scooter! Autant on peut comprendre qu’un fumeur ait envie d’une vraie cigarette en présence d’un autre fumeur en train d’en griller une, autant on le voit mal s’approcher d’un vapoteur utilisant son matériel bizarre, pour quémander une cigarette de tabac…La question sera plutôt : "Qu’en pensez-vous ? Est-ce que ça marche ? " Les vapoteurs sont essentiellement des fumeurs ou des anciens fumeurs, y compris parmi les jeunes. Les vapoteurs sans passé de tabagisme sont l’exception. Notre Ministre le sait-t-elle ? Veut-t-elle les priver de ce qui leur a permis de se débarrasser du tabac ? N’y a-t-il pas une monstrueuse contradiction entre le fait de tolérer de fumer la cigarette de tabac et celui d’interdire de vapoter? On autorise la  "tueuse "; mais on interdit ce qui peut l’en protéger? Confondre une cigarette électronique et une vrai cigarette équivaut à confondre un vélo et un scooter... Interdiction de la cigarette électronique au travail La toute première raison qui motive le vapoteur est l’envie de diminuer ou d’arrêter sa consommation de tabac ; un fumeur d’un paquet ou plus est toute la journée sollicité de façon de plus en plus impérieuse par son besoin de fumer ; se concentrer devient impossible ; pouvoir vapoter à son rythme, en fonction de ses besoins, c’est reculer en toute sérénité le moment où on pourra, éventuellement, faire une "pause-café " : en [&hellip


La France livrée aux lobbies du tabac

Le 29 mai 2015

La France fut un des premiers pays à signer en 2004 une convention-cadre avec l'OMS interdisant de se laisser influencer par les ingérences de l'industrie du tabac; un des premiers Européens à mettre en œuvre un cadre législatif pour limiter le tabagisme, actif comme passif. Pourquoi dix ans après se trouve-t-elle dans une situation burlesque, distancée de dix points par le Royaume-Uni dans son pourcentage de fumeurs ? Marc LOMAZZI, journaliste et rédacteur en chef adjoint du Parisien-Aujourd'hui en France nous l’explique dans son enquête "Comment la mafia du tabac nous manipule". Il faut lire ce travail. On se contentera ici de piocher dans un document prolifique quelques points éclairant le jugement sévère de Catherine Hill. Le lobby du tabac Trois comparses se partagent des intérêts communs : le Cartel des cigarettiers (Philip Morris, British American Tobbacco, Imperial Tobbacco, Japan Tobbaco), les buralistes chargés par l'Etat de la vente du tabac, et enfin Bercy qui en retire chaque année 15 milliards d’euros. Tout ce qui risque de toucher à la consommation du tabac nuit donc aux différents partenaires ; chacun joue sa partition devant l’opinion publique et devant les élus, Européens ou nationaux, comme si on ne s’entendait pas. Une personne clé : l’assistant parlementaire. Attaché à son député, il est à la fois bureau de renseignements et passeur d’informations ; il est instruit, compétent, bien introduit par son élu dont il partage le sort ; un badge l’autorise à circuler librement dans l’Assemblée… et il est fort mal payé; il est donc la cible rêvée des lobbyistes du Cartel, qui savent lui proposer des informations susceptibles d’intéresser son député : synthèses de rapports, documentations diverses, fausses enquêtes et études d’opinion … bref un complet enfumage, incontrôlable, alimentant les inquiétudes de fin de mandat électoral. Devenir lobbyiste L’assistant parlementaire, instruit, compétent et fort mal payé, la cible rêvée des lobbyistes A l’échéance du mandat, l’assistant qui a pu apprécier l’intérêt que certains lui portent, clairement traduite par la rémunération qu’on lui propose, franchit le pas et accepte le poste ; toute une carrière est devant lui s’il a " l’esprit maison", doublé d’un équilibre psychologique à toute épreuve pour refouler toute pensée d’ordre éthique. Une autre condition absolue : respecter la loi du silence. Devenu lobbyiste, notre personnage possède l’arme de destruction massive : l’argent, capable d’acheter les plus hauts fonctionnaires, des chercheurs réputés, des membres de l’appareil judiciaire…et capable d’offrir au quotidien des prestations dites "d’hospitalité" : une place dans une [&hellip


Fin avril : déjà quelques fleurs fanées !

Le 30 avril 2015

L’OMS : un rapport sur la cigarette électronique affligeant, admettant du bout des lèvres que celle-ci pourrait aider quelques fumeurs à arrêter, après échecs répétés des traitements traditionnels; par contre, le vapotage passif devait être évité du fait de sa toxicité potentielle pour la femme enceinte, le fœtus et l’enfant, car possiblement responsable d’un retard mental ; tout cela au conditionnel… Madame Chang, présidente de l’OMS défendait elle-même devant la Presse, hors conférence mondiale, ses vues sur la cigarette électronique. On peut rappeler combien l’OMS se voit actuellement reprocher sa politique internationale à propos d’Ebola… Et l’Europe de la e-cigarette? Certains pays l’interdisent (Pologne, par exemple) ; d’autres la tolèrent, mais sans nicotine (Suisse) ; peu osent la conseiller, tel le Royaume-Uni, toujours efficace et pragmatique, " puisqu’elle est certainement moins dangereuse que le tabac ". La France " La France rejoint le peloton de tête des États développant une politique visionnaire en matière de lutte contre le tabac " " La France rejoint le peloton de tête des États développant une politique visionnaire en matière de lutte contre le tabac " a retenu notre Ministre, heureuse de ce compliment décerné par Madame Chang, elle aussi experte en matière lutte contre le tabac …. Marisol Touraine ne parait pas trop affectée par ce paradoxe gouvernemental majeur : l’État met en vente libre un produit sur lequel il est écrit qu'il tue ; par contre il freine l’utilisation de la cigarette électronique, ennemie du tabac, dont il interdit l’usage dans l’espace public, ce qui pourtant n’importune personne ; mais on peut y fumer sans y être inquiété... Autre paradoxe : le report de plusieurs hausses prévues du prix du tabac ; or c’est un des outils reconnus pour son efficacité ; ce report est salué par les buralistes, qui se consolent de l’aventure du paquet neutre, l’arme de destruction massive que brandit notre Ministre. Qui commande? Bercy ? La Santé Publique? Ou personne ? La liste, brouillonne, des interdictions s’allonge, tenant lieu de politique ; tout cela au bénéfice des cigarettiers, qui développent leurs nouveaux produits sans craindre la concurrence, puisque la cigarette électronique est interdite de publicité. Chaque jour apporte aux rédactions son lot d’histoires insolites concernant la cigarette électronique sans attendre le démenti des experts qui mettront quelques heures ou plusieurs jours pour contrôler soigneusement les rumeurs et se manifester ; mais le mal est fait : le fumeur retient le doute… On attend, sans hâte la validation sénatoriale d’une Assemblée qui compte dans [&hellip


Réactions après la conférence de Moscou

Le 31 octobre 2014

Le premier à se manifester, dès la fin de la conférence, fut le Professeur Gerry  Stimson, Professeur Honoraire de Sociologie, département de Santé Publique de Londres. Il fut l’un des signataires de la lettre de protestation adressée à Margaret Chang, directrice générale de l’OMS en mai 2014, la pressant de ne pas réglementer la cigarette électronique de la même façon que le tabac traditionnel. Voici une traduction (très libre) de son argumentation. Les directives données par la Conférence des Parties sont, sans aucune équivoque, mauvaises pour la Santé Publique ; elles sont déplorables aussi pour tous ceux qui auront à prendre des décisions et qui devront les justifier sur des arguments sérieux. La question qui se pose est bien la suivante : l’OMS est-il capable de faire ce travail ? Au cours d’une réunion déjà viciée par l’exclusion du public et en l’absence de tout représentant des médias, la conférence parait être restée très méprisante pour ce que représente à l’évidence la cigarette électronique, et fort peu soucieuse, voire inconsciente des conséquences désastreuses de ses conclusions. Car la conséquence la plus évidente est la protection dont bénéficie ainsi la cigarette conventionnelle, débarrassée de ses concurrents, en particulier de la cigarette électronique, pourtant infiniment moins dangereuse. Le rapport insiste essentiellement sur des risques mineurs, ou hypothétiques, voire imaginaires. Il ne met pas en lumière cette opportunité majeure pour toute une population de fumeurs : remplacer leur tabagisme par une méthode comportant un risque inférieur de 95 à 100% à celui de la cigarette conventionnelle. Il marginalise tous les efforts d’innovation de ces produits. Il encourage toutes sortes de règles incluant des interdictions d’utilisation et de promotion, avec leurs conséquences économiques. Si ces règles sont mises en œuvre, elles auront pour effet probable de réduire le nombre de fumeurs passant à la cigarette électronique. Ils conserveront ainsi les risques liés à leur tabagisme. L’espoir de voir diminuer la consommation de tabac de 30% en 2025 (souhait des Nations Unies concernant les maladies non transmissibles) n’est pas envisageable sans le développement rapide de la cigarette électronique. Elle ne représente donc pas, comme semble le penser l’OMS une partie du problème, mais bien au contraire une partie de la solution ! La question qui se pose est bien la suivante : l’OMS est-il capable de faire ce travail ? Après Gerry  Stimson, les vapoteurs désabusés se sont largement exprimés sur leurs forums : indignation, déception, inquiétude pour l’avenir, en particulier [&hellip


la cigarette électronique contient de la nicotine, produit toxique?

Le 10 septembre 2014

La toxicité de la nicotine est très faible, contrairement aux données officielles. La quantité inhalée à partir d'une cigarette électronique est faible, bien inférieure à celle d'une cigarette de tabac (pourtant en vente libre!); elle est de même qualité que celle des médicaments de "substitution nicotinique", timbres ou autres. Elle n'est d'ailleurs présente dans les cartouches que sur conseils du vendeur, ou sur demande du vapoteur. On meurt de la fumée du tabac, et non de la nicotine d'une cigarette électronique ! …responsable de la dépendance au tabac? FAUX La nicotine ne fait qu'entretenir, une fois installée, la dépendance au tabac. C'est son association à bien d'autres composés inhalés, et soigneusement sélectionnés par les cigarettiers pour leur effet "addictif", qui crée cette "composante pharmacologique" de la dépendance. Phénomène fort complexe, elle intègre deux autres composantes majeures, psychologiques et comportementales; sans elles, la dépendance au tabac n'existerait pas


Journée Mondiale Sans Tabac 2014 le Rpt21 était présent

Le 10 juin 2014

Nous étions présents autour de cet événement : En milieu d’enseignement Le 27 mai à Beaune au Lycée Clos Maire, pour les élèves de l'établissement ; 240 élèves de seconde ont assisté à des séances interactives sur le tabac et les autres substances inhalées, ainsi qu’à une présentation de la cigarette électronique. Avec l’aide des Amis du Réseau Prévention Tabac (Dr Binard et ses collègues, infirmière scolaire). Un stand était prévu pour informations, test de dépendance au tabac et mesures du CO expiré. Pour le grand public Le 31 mai à Dijon à Carrefour Quetigny ; environ 140 personnes ont été reçues. En entreprise Le 3 juin à Dijon sur le Site d’EDF –DCR EST ; pour les salariés. Dans les centres de rééducation Pour les patients, les visiteurs et les salariés de l’établissement. Le 31 mai à Divio ; 40 personnes. Le 4 juin à Dijon au Centre de Rééducation Fonctionnelle Les Rosiers ; 50 personnes En partenariat avec l’Association de Cardiologie de Bourgogne.   Sur ces différents sites, ont été généralement proposés : Informations, documentation, mesure du souffle, test de dépendance au tabac, mesure du taux de monoxyde de carbone ; une rencontre individuelle avec un spécialiste pneumologue et tabacologue était possible, en toute confidentialité.  


31mai 2014 : Journée Mondiale Sans Tabac

Le 20 mai 2014

Le Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or comme chaque année depuis dix ans, organise cette manifestation avec ses partenaires. La grande majorité des fumeurs désire s'arrêter et a fait au moins un essai dans sa vie. Les jeunes qui fument savent qu'ils arrêteront "un jour", mais pensent qu'ils ont le temps. Les ex fumeurs redoutent la reprise, et ont souvent besoin de soutien Les non fumeurs sont parfois désarmés devant les fumeurs. Leur ignorance de leurs difficultés réelles est génératrice de conflits. Tous peuvent avoir besoin d'une information objective, de rencontrer des professionnels de santé capables de les entendre et de les guider dans leur questionnement Notre programme d'intervention de cette année associe la prévention chez les jeunes, l'aide aux patients victimes du tabac dans deux Centres de rééducation et l'information du grand public.   Nous serons présents autour de cet événement : le 27 mai à Beaune au Lycée Clos Maire, pour les élèves de l'établissement le 31 mai à Dijon à Carrefour Quetigny, pour le grand public au Centre de Rééducation Fonctionnelle DIVIO, pour les patients et les salariés de l'établissement le 3 juin à Dijon sur le Site d’EDF –DCR EST, pour les salariés le 4 juin à Dijon au Centre de Rééducation Fonctionnelle Les Rosiers, pour les patients et les visiteurs Seront proposés sur ces différents sites : Informations, documentation, mesure du souffle, évaluation de la motivation à l'arrêt et de la dépendance au tabac, mesure du taux de monoxyde de carbone; une rencontre avec un spécialiste en toute confidentialité.  


Entre infos et intox, que sait-on vraiment de la nicotine?

Le 27 février 2014

La nouvelle règlementation qui va être proposée aux instances européennes pour la cigarette électronique est, pour l'essentiel, centrée sur la nicotine. Que lui vaut donc cet honneur? Trois idées simples à retenir, pour distinguer le vrai du faux. "La nicotine tue; la dose mortelle est de 60 mg". Faux ; la nicotine ne tue pas: cette valeur de 60 mg, venant d'une source datant de 1856, rapportée religieusement depuis par l'OMS et par d'autres sources aussi officielles, est en fait, totalement fausse; la dose létale théorique est plus de 20 fois supérieure, inaccessible en pratique au vapoteur comme au fumeur, sauf évidemment en cas d'intoxication volontaire ; la nicotine ne tue pas; c'est la fumée de tabac qui tue. Dans les faits, le consommateur s'arrête de lui-même quand son besoin est couvert, comme on s'arrête tout naturellement de boire (de l'eau plate…) quand on n'a plus soif. Ce réflexe est nommé "auto titration". Cela est vrai, tant pour le fumeur que pour le vapoteur: le besoin disparu, on ne tire plus sur sa "cigarette", électronique ou non


La Cigarette électronique (trop) « encadrée » par Bruxelles?

Le 29 décembre 2013

On attendait avec inquiétude cette dernière réunion de Bruxelles du 18 décembre, qui devait mettre un point final au programme de lutte contre le tabagisme de l'UE avant la fin de l'année. Rencontre de trois structures aux compétences variables, aux avis divergents, censées n'avoir qu'un seul but: protéger au mieux la santé des citoyens européens vis-à-vis du tabagisme ( le Conseil des ministres, représentant les 28 États membres de l'UE, le Parlement européen, la Commission spécialisée jouant le rôle d'intermédiaire). Qu'est-il sorti de dernière session de négociation menée dans une ambiance passablement houleuse? Une réglementation tatillonne, embrouillée, confuse…en particulier sur la cigarette électronique


Si on fumait le calumet de la paix?

Le 29 décembre 2013

Vapoteurs et Office Français de prévention du Tabagisme: une rencontre "improbable" Le 13 décembre dernier, l’Office français de prévention du tabagisme (OFT) et les associations de vapoteurs , l’Association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique (Aiduce), le Collectif des acteurs de la cigarette électronique (Cace) se sont rencontrés à l’Institut national de la consommation (INC) pour discuter de l'avenir de la cigarette électronique. Parmi tous les problèmes que pose la cigarette électronique, quatre urgences : Mieux informer le public sur le produit qu'il achète, en particulier sur l'étiquetage Obtenir un label "officiel" de qualité, Mettre en place un observatoire de la cigarette électronique : qui vapote, et pourquoi, quels bénéfices observés… Améliorer la formation des vendeurs; ils doivent non seulement connaitre leurs produits, mais aussi savoir ce qu'est l'addiction au tabac, sa complexité, et s'adapter à la diversité du public qui les "consulte"! Commentaires Une initiative heureuse et inattendue Que de chemin parcouru en un an! Ne boudons pas notre plaisir devant ce rapprochement inattendu qui devrait servir d'exemple. Cette volonté commune de se parler, dans le but d'harmoniser le message, destiné tant au public qu'aux professionnels, va demander beaucoup de bonne volonté réciproque pour écarter les divergences initiales! Notons un absent au débat: les buralistes… Admirons sans réserve cette initiative française, heureuse, et inattendue, au sein d'une Europe de la cigarette électronique plus divisée que jamais… D'autant plus que le ciel se couvre, à l'Est!



Retour en haut de page ↑