Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Articles de la catégorie "A la une"

Réactions après la conférence de Moscou

Le 31 octobre 2014

Le premier à se manifester, dès la fin de la conférence, fut le Professeur Gerry  Stimson, Professeur Honoraire de Sociologie, département de Santé Publique de Londres. Il fut l’un des signataires de la lettre de protestation adressée à Margaret Chang, directrice générale de l’OMS en mai 2014, la pressant de ne pas réglementer la cigarette électronique de la même façon que le tabac traditionnel. Voici une traduction (très libre) de son argumentation. Les directives données par la Conférence des Parties sont, sans aucune équivoque, mauvaises pour la Santé Publique ; elles sont déplorables aussi pour tous ceux qui auront à prendre des décisions et qui devront les justifier sur des arguments sérieux. La question qui se pose est bien la suivante : l’OMS est-il capable de faire ce travail ? Au cours d’une réunion déjà viciée par l’exclusion du public et en l’absence de tout représentant des médias, la conférence parait être restée très méprisante pour ce que représente à l’évidence la cigarette électronique, et fort peu soucieuse, voire inconsciente des conséquences désastreuses de ses conclusions. Car la conséquence la plus évidente est la protection dont bénéficie ainsi la cigarette conventionnelle, débarrassée de ses concurrents, en particulier de la cigarette électronique, pourtant infiniment moins dangereuse. Le rapport insiste essentiellement sur des risques mineurs, ou hypothétiques, voire imaginaires. Il ne met pas en lumière cette opportunité majeure pour toute une population de fumeurs : remplacer leur tabagisme par une méthode comportant un risque inférieur de 95 à 100% à celui de la cigarette conventionnelle. Il marginalise tous les efforts d’innovation de ces produits. Il encourage toutes sortes de règles incluant des interdictions d’utilisation et de promotion, avec leurs conséquences économiques. Si ces règles sont mises en œuvre, elles auront pour effet probable de réduire le nombre de fumeurs passant à la cigarette électronique. Ils conserveront ainsi les risques liés à leur tabagisme. L’espoir de voir diminuer la consommation de tabac de 30% en 2025 (souhait des Nations Unies concernant les maladies non transmissibles) n’est pas envisageable sans le développement rapide de la cigarette électronique. Elle ne représente donc pas, comme semble le penser l’OMS une partie du problème, mais bien au contraire une partie de la solution ! La question qui se pose est bien la suivante : l’OMS est-il capable de faire ce travail ? Après Gerry  Stimson, les vapoteurs désabusés se sont largement exprimés sur leurs forums : indignation, déception, inquiétude pour l’avenir, en particulier [&hellip


Réflexions et conseils sur le vapotage

Le 14 septembre 2014

Réflexions Le monde change et chaque jour nous apporte ses nouveautés; il n'y a pas de limites aux idées nouvelles, dont le développement et les applications sont pour une bonne part encore inconnues. La question centrale reste: ces nouveautés, que nous apportent-t-elles vraiment? Du bon ou du mauvais? En matière de tabac fumé, dont la toxicité et le pouvoir addictif sont redoutables, que souhaite-t-on? Effacer l'addiction? Vaste programme, tant l'addiction est par nature complexe, et ne relève pas que du produit… Par contre, remplacer ce produit hautement toxique par un autre qui l'est beaucoup moins et qui permet de se passer, même incomplètement, du tabac fumé, voilà déjà une victoire! Cette réduction des risques peut être pour beaucoup l'étape intermédiaire menant au succès; elle est valorisante en soi. Certains vont d'ailleurs avoir une expérience différente: à leur grande surprise, ce qui leur semblait impossible va se faire en quelques semaines ou mois, sans effort… Le but est atteint: la Santé Publique doit s'en féliciter; de nombreuses maladies seront évitées et de nombreuses vies seront sauvées. Quelques conseils aux vapoteurs si vous vapotez, que ce soit dans le but affiché de vous débarrasser du tabac si cela marche (critère: aucune consommation de tabac pendant un an), ou si ça ne marche pas, faites-le savoir : tous les témoignages sont importants; ils permettent d'avoir l'avis des utilisateurs, même s'ils n'autorisent pas de conclusions de valeur scientifique après avoir arrêté, et même si vous avez apprécié l'e-cigarette, pensez à l'arrêter aussi! Quitte à la reprendre transitoirement durant les "périodes à risques" ! si vous avez arrêté, et même si vous vous sentez sûr de vous, ne refumez pas "juste pour voir"; c'est tenter le diable; la "mémoire" de notre cerveau dispose d'outils redoutables! sauf si c'est votre métier, n'essayez pas tous les nouveaux produits de tabac non fumé que développent actuellement les cigarettiers ne conseillez pas la cigarette électronique à un non fumeur et si vous ne pouvez vous en passer, n'ayez pas trop de remords sur les risques: dans plusieurs décennies, on n'en saura pas beaucoup plus; c'est bien un des rares points d'accord qu'on puisse avoir avec le rapport de l'OMS… Nos poumons sont des organes fragiles; alors, protégeons-les: "le souffle, c'est la vie"


Un petit devoir de vacances sur la cigarette électronique ?

Le 22 juillet 2014

Vapoteurs, non vapoteurs : un petit devoir de vacances VRAI ou FAUX? La cigarette électronique a de nombreux détracteurs; mais quels sont donc leurs arguments? Ce qu'on lui reproche le plus ... 1. "La cigarette électronique contient de la nicotine, qui est un produit toxique, et qui est responsable de la dépendance au tabac" 2. "La cigarette électronique utilise d'autres produits toxiques, mal connus, et possiblement dangereux à long terme" 3. "Simulant l'action de fumer, elle conforte le fumeur dans son attitude; la plupart des vapoteurs fument aussi des cigarettes de tabac" 4. "Alors qu'on désire voir disparaître la cigarette du paysage public, la présence du vapoteur vient troubler le message!" 5. "Pour les jeunes qui vapent, c'est une porte d'entrée vers la cigarette de tabac" VRAI ou FAUX?     1. "La cigarette électronique contient de la nicotine, qui est un produit toxique, et qui est responsable de la dépendance au tabac" La nicotine, un produit toxique? FAUX La toxicité de la nicotine est très faible, contrairement aux données officielles. La quantité inhalée à partir d'une cigarette électronique est faible, bien inférieure à celle d'une cigarette de tabac (pourtant en vente libre!); elle est de même qualité que celle des médicaments de "substitution nicotinique", timbres ou autres. Elle n'est d'ailleurs présente dans les cartouches que sur conseils du vendeur, ou sur demande du vapoteur. On meurt de la fumée du tabac, et non de la nicotine d'une cigarette électronique ! …responsable de la dépendance au tabac? FAUX La nicotine ne fait qu'entretenir, une fois installée, la dépendance au tabac. C'est son association à bien d'autres composés inhalés, et soigneusement sélectionnés par les cigarettiers pour leur effet "addictif", qui crée cette "composante pharmacologique" de la dépendance. Phénomène fort complexe, elle intègre deux autres composantes majeures, psychologiques et comportementales; sans elles, la dépendance au tabac n'existerait pas.     2. "La cigarette électronique utilise d'autres produits toxiques, mal connus ": FAUX! Que contiennent les cartouches d'e-liquides? Des hydratants, polyéthylène glycol et glycérine végétale, largement utilisés dans l'industrie alimentaire et cosmétique, sans toxicité connue; ce sont eux qui créent ces brouillards, utilisés au théâtre ou à l'opéra; quant aux arômes, ils sont de plus en plus de fabrication française, de qualité contrôlée, à la demande même des fabricants et des associations de vapoteurs. "… possiblement dangereux à long terme": VRAI! Mais cela restera probablement impossible à prouver! Pourquoi? Dans ce domaine fortement concurrentiel, [&hellip


Journée Mondiale Sans Tabac 2014 le Rpt21 était présent

Le 10 juin 2014

Nous étions présents autour de cet événement : En milieu d’enseignement Le 27 mai à Beaune au Lycée Clos Maire, pour les élèves de l'établissement ; 240 élèves de seconde ont assisté à des séances interactives sur le tabac et les autres substances inhalées, ainsi qu’à une présentation de la cigarette électronique. Avec l’aide des Amis du Réseau Prévention Tabac (Dr Binard et ses collègues, infirmière scolaire). Un stand était prévu pour informations, test de dépendance au tabac et mesures du CO expiré. Pour le grand public Le 31 mai à Dijon à Carrefour Quetigny ; environ 140 personnes ont été reçues. En entreprise Le 3 juin à Dijon sur le Site d’EDF –DCR EST ; pour les salariés. Dans les centres de rééducation Pour les patients, les visiteurs et les salariés de l’établissement. Le 31 mai à Divio ; 40 personnes. Le 4 juin à Dijon au Centre de Rééducation Fonctionnelle Les Rosiers ; 50 personnes En partenariat avec l’Association de Cardiologie de Bourgogne.   Sur ces différents sites, ont été généralement proposés : Informations, documentation, mesure du souffle, test de dépendance au tabac, mesure du taux de monoxyde de carbone ; une rencontre individuelle avec un spécialiste pneumologue et tabacologue était possible, en toute confidentialité.  


31mai 2014 : Journée Mondiale Sans Tabac

Le 20 mai 2014

Le Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or comme chaque année depuis dix ans, organise cette manifestation avec ses partenaires. La grande majorité des fumeurs désire s'arrêter et a fait au moins un essai dans sa vie. Les jeunes qui fument savent qu'ils arrêteront "un jour", mais pensent qu'ils ont le temps. Les ex fumeurs redoutent la reprise, et ont souvent besoin de soutien Les non fumeurs sont parfois désarmés devant les fumeurs. Leur ignorance de leurs difficultés réelles est génératrice de conflits. Tous peuvent avoir besoin d'une information objective, de rencontrer des professionnels de santé capables de les entendre et de les guider dans leur questionnement Notre programme d'intervention de cette année associe la prévention chez les jeunes, l'aide aux patients victimes du tabac dans deux Centres de rééducation et l'information du grand public.   Nous serons présents autour de cet événement : le 27 mai à Beaune au Lycée Clos Maire, pour les élèves de l'établissement le 31 mai à Dijon à Carrefour Quetigny, pour le grand public au Centre de Rééducation Fonctionnelle DIVIO, pour les patients et les salariés de l'établissement le 3 juin à Dijon sur le Site d’EDF –DCR EST, pour les salariés le 4 juin à Dijon au Centre de Rééducation Fonctionnelle Les Rosiers, pour les patients et les visiteurs Seront proposés sur ces différents sites : Informations, documentation, mesure du souffle, évaluation de la motivation à l'arrêt et de la dépendance au tabac, mesure du taux de monoxyde de carbone; une rencontre avec un spécialiste en toute confidentialité.  


La France en tête pour créer ses propres normes sur la cigarette électronique?

Le 25 avril 2014

Nous avions salué l'initiative prise en décembre dernier de rassembler, dans le cadre de l’Institut National de la Consommation (INC), différents acteurs : l’Office Français de prévention du Tabagisme (OFT), les associations de vapoteurs , le Collectif des acteurs de la cigarette électronique (Cace), pour discuter de l'avenir de la e-cigarette. Après le fiasco des Directives Européennes sur ce sujet, s'attirant autant les protestations des consommateurs que les critiques scientifiques des experts internationaux, qu'est donc devenue cette initiative? Elle a pris de l'ampleur. A la demande de l’INC, l'Association Française de Normalisation (AFNOR) a créé une "commission de normalisation" spécifique, réunie pour la première fois début avril. L'objectif est de fournir au consommateur, comme pour tout produit de consommation courante, (statut officiel de la e-cigarette), l'assurance de la qualité et de la sécurité de l'ensemble du matériel qu'il utilise. toutes les règlementations finissent par favoriser le camp dont le lobbying est le plus puissant On s'en doute, il s'agit d'un travail de très longue haleine, tant les questions sont nombreuses et complexes, touchant tous les domaines, et concernant d'abord le matériel, les produits des recharges, en particulier les innombrables arômes disponibles, l'étude de leur toxicité potentielle, pour le vapoteur comme pour l'environnement… Or ce travail doit se faire de manière collégiale et par consensus avec l'ensemble des acteurs concernés… Mais qui sont-ils? La liste en est longue… L’INC, des associations de consommateurs, les Pouvoirs Publics (deux Directions Générales: de la Santé et de "la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes"), l'OFT, des fabricants et distributeurs de cigarettes électroniques, des industriels du tabac (Imperial Tobacco, Japan Tobacco International), et tous les laboratoires d'essais les plus pointus nécessaires aux analyses les plus sophistiquées


Entre infos et intox, que sait-on vraiment de la nicotine?

Le 27 février 2014

La nouvelle règlementation qui va être proposée aux instances européennes pour la cigarette électronique est, pour l'essentiel, centrée sur la nicotine. Que lui vaut donc cet honneur? Trois idées simples à retenir, pour distinguer le vrai du faux. "La nicotine tue; la dose mortelle est de 60 mg". Faux ; la nicotine ne tue pas: cette valeur de 60 mg, venant d'une source datant de 1856, rapportée religieusement depuis par l'OMS et par d'autres sources aussi officielles, est en fait, totalement fausse; la dose létale théorique est plus de 20 fois supérieure, inaccessible en pratique au vapoteur comme au fumeur, sauf évidemment en cas d'intoxication volontaire ; la nicotine ne tue pas; c'est la fumée de tabac qui tue. Dans les faits, le consommateur s'arrête de lui-même quand son besoin est couvert, comme on s'arrête tout naturellement de boire (de l'eau plate…) quand on n'a plus soif. Ce réflexe est nommé "auto titration". Cela est vrai, tant pour le fumeur que pour le vapoteur: le besoin disparu, on ne tire plus sur sa "cigarette", électronique ou non


Qui veut la peau de la cigarette électronique?

Le 23 janvier 2014

Antoine Flahault, professeur de santé publique et fondateur de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes, était l'un des deux Invités français au Sommet de Londres; il a profité de cette tribune pour émettre un vigoureux message, développé quelques jours plus tard dans la presse écrite. Antoine Flahault a sévèrement argumenté les décisions prises par le Parlement Européen le 18 décembre dans son article 18, qui faisait mine de s'abriter sous le parapluie du principe de précaution, sous le prétexte que le vapotage pourrait représenter une passerelle vers le tabagisme. "Tout montre que la cigarette électronique représente un danger qui préoccupe particulièrement les instances européennes"


La Cigarette électronique (trop) « encadrée » par Bruxelles?

Le 29 décembre 2013

On attendait avec inquiétude cette dernière réunion de Bruxelles du 18 décembre, qui devait mettre un point final au programme de lutte contre le tabagisme de l'UE avant la fin de l'année. Rencontre de trois structures aux compétences variables, aux avis divergents, censées n'avoir qu'un seul but: protéger au mieux la santé des citoyens européens vis-à-vis du tabagisme ( le Conseil des ministres, représentant les 28 États membres de l'UE, le Parlement européen, la Commission spécialisée jouant le rôle d'intermédiaire). Qu'est-il sorti de dernière session de négociation menée dans une ambiance passablement houleuse? Une réglementation tatillonne, embrouillée, confuse…en particulier sur la cigarette électronique


Ne vous laissez pas avoir par le tabac !

Le 9 décembre 2013

La fondation du souffle - Paris, le 5 décembre 2013 Deux décisions prises mercredi par les députés alarment la Fondation du Souffle: approbation de l’abrogation des quotas d’importation frontaliers de cigarettes sur le territoire et rejet d’une proposition de taxer l’industrie du tabac sur ses profits et d’affecter les recettes ainsi obtenues à la prévention du tabagisme. Nous ne pouvons accepter de tels choix politiques, évidemment dictés par d’autres intérêts que la santé publique, qu’ils viennent de l’Europe ou des élus et décideurs français. N’oublions pas que 73 000 décès par an dans notre pays sont imputables au tabac, 20 fois plus que de morts sur nos routes ; la BPCO (Broncho pneumopathie chronique obstructive) qui est due au tabac 9 fois sur 10, touche 3,5 millions de personnes en France et nécessite 100 000 hospitalisations chaque année



Retour en haut de page ↑