Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Articles de la catégorie "A la une"

2016 : une année difficile en perspective?

Le 17 janvier 2016

En mai prochain la Directive sur les produits du tabac (DPT) doit préciser les décisions qui s’imposeront à chaque pays Européen. Echéance redoutable, tant on connait les péripéties des premières réunions. Rappel Tous les dix ans, l’OMS fait le point sur l’état des lieux de tout ce qui touche au tabagisme. Ce que nous en disions il y a un an Une mise au point sur l’avenir de la cigarette électronique Des réponses peu rassurantes à quelques questions sur l’avenir de la cigarette électronique Pourra-t-on encore acheter des cigarettes électroniques? Oui. Mais de nouvelles règles viendront encadrer celles contenant de la nicotine, substance toxique qui crée une dépendance. Les autres ne sont pas concernées. Les États membres garderont la main pour certaines décisions comme la réglementation de leurs arômes, la publicité dans un cadre strictement national, et les limites d’âge. Les obligations des fabricants de cigarette électronique ? Ils seront tenus de notifier leurs produits avant de les commercialiser. La notification comportera des informations sur le fabricant, les ingrédients utilisés, les émissions, le dosage et l’absorption de nicotine, le produit et le procédé de fabrication…Ils devront faire rapport chaque année aux États membres sur les volumes de vente des produits et le profil, les préférences et les tendances des utilisateurs…etc. La réglementation des cigarettes électroniques pourra-t-elle être revue par la suite? En fonction de ces résultats la Commission reconsidérera au besoin sa position. Notre credo : "la nicotine, produit toxique et responsable de la dépendance au tabac" Nicotine : " hautement toxique "? Que peut penser le fumeur qui n’a pu arrêter malgré des doses importantes de produits de substitution nicotinique, associant patchs et gommes, utilisées pendant des mois, et qu’on persuade qu’en inhalation, à des doses très inférieures, il s’intoxique ? Il devra de plus éviter tout contact cutané lors de toute manipulation d’e-liquide. Aucune référence scientifique chez l’homme pour rapporter un quelconque incident justifiant de telles précautions. Nicotine : "responsable de la dépendance au tabac" ? Certes, en partie ; mais ce n’est qu’un élément, parmi beaucoup d’autres, d’un phénomène complexe. Les produits de substitution nicotinique sont les médicaments les plus utilisés dans l’éventail pharmacologique destinés à arrêter le tabac, et en vente libre, dès l’âge de 15 ans…Par voie inhalée, le même produit, de qualité pharmacologique, rendrait dépendant? Un cahier des charges inquiétant "On notera toutes les dérives qui permettent de mettre les fabricants et les distributeurs en difficulté" On y notera toutes [&hellip


Toulouse capitale de la vape

Le 24 novembre 2015

Juste avant les évènements tragiques que nous venons de vivre, se sont exprimées sans contraintes des opinions concernant un sujet majeur de Santé Publique : Quelle place pour la cigarette électronique? Est-t-elle une révolution dans la prise en charge du tabagisme ? En mai prochain l’application de la Directive Tabac Européenne (TPD) va encadrer la vape de façon totalement disproportionnée. La résistance s’organise. Qu’on en juge :  Toulouse est devenue pendant quelques jours la "Capitale de la vape". Ainsi, le 9e Congrès national de la Société Francophone de Tabacologiea eu lieu les 5 et 6 novembre (thème général : Tabac et qualité de vie). Il a été suivi le 7 novembre de la Journée Européenne de la Cigarette Electronique, marquée par deux évènements : "Troquez votre paquet de cigarettes contre un kit de vape" une opération originale "Troquez votre paquet de cigarettes contre un kit de vape" réalisée par les professionnels de la vape et des bénévoles de l’association Tabac et Liberté. Chacun pouvait s’informer et après essai, être équipé gratuitement d’un dispositif de vapotage, avec les e-liquides de son choix et parallèlement une réunion libre d’accès, animée par le Dr Pierre Rouzaud Elle associait des professionnels de santé spécialistes de la vape (Jacques Le Houezec, le Dr Gérard Mathern, le Pr.Bartsch, Belgique) et les représentants de l’AIDUCE et de la FIVAPE. A côté de quelques médecins, le public était fait essentiellement de vapoteurs. On prenait conscience de leur rôle, lié à leur riche variété professionnelle, sur les nombreuses innovations de matériel, ainsi que celui de leurs associations dans toutes les discussions concernant les normes qui encadrent maintenant la e-cigarette (normes AFNOR). Durant cette période de "grand oral"  de la Loi de Santé pour notre Ministre, plusieurs messages lui ont été adressés, à partager avec ses supérieurs. Parmi eux : Le 1er novembre, à la suite du rapport du gouvernement britannique très favorable à la cigarette électronique, les principales associations de lutte contre les addictions et les usagers de la e-cigarette ont interpellé le Gouvernement, le sommant de : " revoir et compléter le programme de lutte contre le tabac". Fédération Addiction –RESPADD – SOS Addictions) et Aiduce. Le 4 novembre 2015 : L’APPEL DES VICTIMES DU TABAC 40 organisations interpellent les Parlementaires "Ce sont des millions de personnes habituellement silencieuses qui rappellent aux Parlementaires que leur vote peut sauver des milliers de vies". Dans ces heures tragiques que nous traversons, ne rajoutons pas au drame actuel et [&hellip


Quel avenir pour la cigarette électronique?

Le 20 octobre 2015

C’est un évènement mondial. Avec ses partisans, ses détracteurs, ses opposants institutionnels, ses carcans administratifs… Une jungle où il est difficile de distinguer le vrai du faux. Marque-t-elle un tournant? Entre " Vous verrez, c’est une mode ! "  et  " Nous allons vers un avenir sans tabac", où en sommes-nous? Les enjeux Le tabagisme est la 2ème cause de mort dans le monde et la première cause de mort évitable. Six millions de victimes chaque année. Si aucune mesure d'urgence n'est prise, ce chiffre pourrait dépasser les 8 millions en 2030. Tout cela pour le bénéfice de cigarettiers qui manipulent un produit au très puissant pouvoir addictif. Face à ce péril, qu’a-t-on fait ? On a grignoté quelques positions vis-à-vis cette mafia, sans conséquences bien notables. On a bâti la " dénormalisation " : "Fumer tue" et développé la prévention pour les jeunes. Mais en réalité seuls sont concernés les pays développés. Dans tous les autres, rien n’est fait. La cigarette électronique ouvre-t-elle une ère nouvelle ? Des vapoteurs enthousiastes, soutenus par des associations dynamiques, et bien sûr par leurs fournisseurs ; une innovation permanente, tant du matériel que des e-liquides. Des médecins de plus en plus convaincus par ce qu’ils observent. Le soutien sans failles de SOS-addictions… Faut-il y croire ? Pour les opposants, deux angles d’attaque "L’e-cigarette est beaucoup moins dangereuse que le tabac: l’accord est quasi général sur ce point" La toxicité ? "L’e-cigarette est beaucoup moins dangereuse que le tabac " : l’accord est quasi général sur ce point. Attention ! La complexité de la fabrication des produits, les différentes techniques de mesure, sont un domaine en pleine progression, où manquent des normes ; certes la qualification française AFNOR est une réponse de qualité ; mais sera-t-elle suffisante pour satisfaire les experts qui ont ficelé la Directive relative aux produits du tabac (DPT) applicable en mai prochain? L’efficacité ? Elle est de moins en moins discutable, avec l’expérience du Royaume-Uni qui affiche un nombre de fumeurs parmi les plus bas d’Europe, celle de l’INPES annonçant 400.000 arrêts liés à la vape et celle de l'Eurobaromètre 2014 dont la nouvelle évaluation montre que l’arrêt concerne en fait 6 millions de vapoteurs ! Certes, nombreux sont ceux qui continuent à fumer tout en vapotant ; ils s’inscrivent dans la démarche réaliste de la REDUCTION DES RISQUES, recommandée pour toutes les addictions. On note que ceux-là  sont ceux qui ont les meilleures chances de réussir leur arrêt. Dans ce débat, que fait l'Etat ? [&hellip


Le bon vent viendra-t-il jusqu’à nous ?

Le 2 septembre 2015

Le Service de Santé Publique (Public Health England ) de sa Majesté l’a constaté : "Les cigarettes électroniques sont sans discussion très nettement moins dangereuses que les cigarettes de tabac". "Le taux d’arrêt des vapoteurs sans reprise du tabac est, après celui de l’Irlande (24%), le plus élevé d’Europe (21%)". La e-cigarette est adoptée ! Leur gouvernement regarde l’Europe et ses règlements avec un flegme "so British", discrètement amusé. Pendant ce temps, ici, on s’inquiète... " Ces contraintes devraient, pour des raisons de survie, orienter vers des produits de base moins coûteux et moins efficaces" Un Communiqué de presse, signé par quatre associations "appelle le gouvernement, les députés et les sénateurs à suivre l’exemple anglais, le plus performant contre le tabagisme depuis des décennies, et à revoir les projets de textes sur la cigarette électronique dont trop de mesures sont venues brider l’usage". "Soyez sûr qu’on s’occupe de vous ! " Ces opposants, qui sont-ils ? 1- L’OMS est le premier d’entre eux à donner le ton : un rapport extrêmement réservé en octobre dernier admet du bout des lèvres qu’on ne peut interdire la e-cigarette chez des fumeurs adultes qui voudraient arrêter leur tabagisme. 2-La Directive tabac européenne n’est pas tendre pour la cigarette électronique " Certains eurodéputés et les fonctionnaires de la Commission ont fait passer en secret toute une série de mesures administratives alambiquées dans les coulisses des négociations, sans même avoir abordé la question avec les usagers des cigarettes électroniques ou avec d'autres eurodéputés" déclare le rapporteur britannique Linda McAvan. Qui donc était derrière eux ? Philip Morris ? 3-Comment s’opposer à la cigarette électronique sans en avoir l’air ? Trois moyens pour y parvenir Compliquer au maximum la règlementation en s’attachant à faire préciser toutes les caractéristiques les plus détaillées de l’e-cigarette, matériel  et e-liquides; certaines précisions peuvent d’ailleurs être impossibles à fournir par manque de dispositifs adaptés, peu répandus. Réclamer l’ensemble des demandes au moins six mois avant la date prévue pour la réunion de la DPT, soit avant mai 2016. Rendre la phase d’expertise, par l’ensemble des moyens à mobiliser, si compliquée et si coûteuse, que seuls les très grands groupes pourront postuler ; ainsi se trouvent éliminés de la compétition nombre de petits chercheurs très inventifs qui contribuent à l’amélioration permanente des modèles disponibles. En conséquence, l’ensemble de ces contraintes devrait, pour des raisons de survie, orienter la production vers des produits de base, moins coûteux et moins efficaces... 4-Les lobbies du tabac, Philip [&hellip


Que penser des interdictions ?

Le 20 juillet 2015

Parmi les très nombreuses déclarations publiques de notre Ministre à propos du tabac, il est frappant de voir avec quelle fréquence on entend le mot " interdiction " ; dans le bouquet de toutes celles qui nous attendent on en choisira deux qui vraiment nous interrogent : l’interdiction de vapoter dans les espaces publics et l’interdiction de la cigarette électronique au travail. L’interdiction de vapoter dans les espaces publics D’où vient donc cette idée ? On parle depuis longtemps de la  "dé normalisation du tabac" ; à ce titre, tout ce qui le rappelle doit être interdit ; or la cigarette électronique fait penser au tabac ; elle doit donc être proscrite. Le sophisme est parfait : "raisonnement faux, malgré une apparence de vérité". Plusieurs questions à notre ministre : A-t-elle déjà vu, pris en mains, une cigarette électronique ? En dehors des tous premiers modèles, les "cigalikes", jetables, essentiellement vendus par les buralistes, les modèles actuels sont extrêmement différents, tant par leur design que par la façon dont on s’en sert; l’identification est immédiate ; la confusion avec une cigarette de tabac est aussi peu vraisemblable que le serait celle de confondre un vélo et un scooter! Autant on peut comprendre qu’un fumeur ait envie d’une vraie cigarette en présence d’un autre fumeur en train d’en griller une, autant on le voit mal s’approcher d’un vapoteur utilisant son matériel bizarre, pour quémander une cigarette de tabac…La question sera plutôt : "Qu’en pensez-vous ? Est-ce que ça marche ? " Les vapoteurs sont essentiellement des fumeurs ou des anciens fumeurs, y compris parmi les jeunes. Les vapoteurs sans passé de tabagisme sont l’exception. Notre Ministre le sait-t-elle ? Veut-t-elle les priver de ce qui leur a permis de se débarrasser du tabac ? N’y a-t-il pas une monstrueuse contradiction entre le fait de tolérer de fumer la cigarette de tabac et celui d’interdire de vapoter? On autorise la  "tueuse "; mais on interdit ce qui peut l’en protéger? Confondre une cigarette électronique et une vrai cigarette équivaut à confondre un vélo et un scooter... Interdiction de la cigarette électronique au travail La toute première raison qui motive le vapoteur est l’envie de diminuer ou d’arrêter sa consommation de tabac ; un fumeur d’un paquet ou plus est toute la journée sollicité de façon de plus en plus impérieuse par son besoin de fumer ; se concentrer devient impossible ; pouvoir vapoter à son rythme, en fonction de ses besoins, c’est reculer en toute sérénité le moment où on pourra, éventuellement, faire une "pause-café " : en [&hellip


l’Europe du tabagisme : similitudes et différences

Le 29 juin 2015

Au moment où nous discutons tant sur l’Europe, sa monnaie, ses frontières,  ceux qui y sont et y vivent, ceux qui voudraient y rentrer, ceux qui menacent d’en sortir,  parait une enquête sur l’Europe du tabagisme. Cette enquête a couvert les 28 pays Européens  entre le 29 novembre et le 8 décembre 2014. Ont été interrogées en face à face 27.801 personnes. La lecture de ce document nous en dit beaucoup  sur l’Europe… En voici quelques extraits. Un premier constat : plus on est "éduqué", moins on fume ; toutes les personnes en situation de précarité fument davantage. Où fume-t-on ? D’un pays à l’autre, on fume partout, au travail en particulier, ou seulement en privé ; quant à la publicité, elle s’affiche partout, ou à l’opposé est strictement interdite. Que fume-t-on ? Avant tout, des cigarettes manufacturées, choisies en fonction de leur moindre toxicité, qu’on évalue par les taux de goudrons, de nicotine…, toutes informations trompeuses,  inscrites sur le paquet. L’emballage influe parfois beaucoup sur le choix, ou peu. Les essais d’arrêter le tabac ? Cet item est celui qui reflète le mieux l’histoire et la culture générale du tabagisme de chaque pays ou région européenne ; ainsi les pays du nord ont des taux qui avoisinent ou dépassent les 80% de personnes ayant tenté l’arrêt, avec des taux de fumeurs de 10 à 15% : à l’opposé les fumeurs de divers pays sont peu motivés (Portugal, Grèce, Bulgarie) et ont des taux de fumeurs élevés. Comment arrêter ? Les produits de substitution nicotinique, l’aide d’un professionnel de santé n’ont plus la cote ; par contre l’e-cigarette fait sa percée. Certains pays l’utilisent beaucoup  avec des taux d’arrêt élevés (Irlande et Royaume-Uni) ; d’autres, où on fume très peu (pays du nord) ne l’utilisent guère. L’usage de l’e-cigarette est lié avant tout au désir d’arrêter de fumer ; mais l’âge joue beaucoup ; à ce titre, les jeunes sont des clients particuliers, plus intéressés par l’objet lui-même que par sa fonction thérapeutique ; pour les autres utilisateurs, la prévalence progresse de façon naturelle avec l’âge et les soucis de santé. La cigarette électronique : pour arrêter, est-ce que ça marche ? "La France a un profil très proche de celui de la moyenne  Européenne" Le tableau qui répond le mieux à cette question comporte cinq colonnes de réponses possibles : La France a, on le voit, un profil très proche de celui de la moyenne Européenne. Les champions de l’arrêt complet (plus de 20%) et [&hellip


La France livrée aux lobbies du tabac

Le 29 mai 2015

La France fut un des premiers pays à signer en 2004 une convention-cadre avec l'OMS interdisant de se laisser influencer par les ingérences de l'industrie du tabac; un des premiers Européens à mettre en œuvre un cadre législatif pour limiter le tabagisme, actif comme passif. Pourquoi dix ans après se trouve-t-elle dans une situation burlesque, distancée de dix points par le Royaume-Uni dans son pourcentage de fumeurs ? Marc LOMAZZI, journaliste et rédacteur en chef adjoint du Parisien-Aujourd'hui en France nous l’explique dans son enquête "Comment la mafia du tabac nous manipule". Il faut lire ce travail. On se contentera ici de piocher dans un document prolifique quelques points éclairant le jugement sévère de Catherine Hill. Le lobby du tabac Trois comparses se partagent des intérêts communs : le Cartel des cigarettiers (Philip Morris, British American Tobbacco, Imperial Tobbacco, Japan Tobbaco), les buralistes chargés par l'Etat de la vente du tabac, et enfin Bercy qui en retire chaque année 15 milliards d’euros. Tout ce qui risque de toucher à la consommation du tabac nuit donc aux différents partenaires ; chacun joue sa partition devant l’opinion publique et devant les élus, Européens ou nationaux, comme si on ne s’entendait pas. Une personne clé : l’assistant parlementaire. Attaché à son député, il est à la fois bureau de renseignements et passeur d’informations ; il est instruit, compétent, bien introduit par son élu dont il partage le sort ; un badge l’autorise à circuler librement dans l’Assemblée… et il est fort mal payé; il est donc la cible rêvée des lobbyistes du Cartel, qui savent lui proposer des informations susceptibles d’intéresser son député : synthèses de rapports, documentations diverses, fausses enquêtes et études d’opinion … bref un complet enfumage, incontrôlable, alimentant les inquiétudes de fin de mandat électoral. Devenir lobbyiste L’assistant parlementaire, instruit, compétent et fort mal payé, la cible rêvée des lobbyistes A l’échéance du mandat, l’assistant qui a pu apprécier l’intérêt que certains lui portent, clairement traduite par la rémunération qu’on lui propose, franchit le pas et accepte le poste ; toute une carrière est devant lui s’il a " l’esprit maison", doublé d’un équilibre psychologique à toute épreuve pour refouler toute pensée d’ordre éthique. Une autre condition absolue : respecter la loi du silence. Devenu lobbyiste, notre personnage possède l’arme de destruction massive : l’argent, capable d’acheter les plus hauts fonctionnaires, des chercheurs réputés, des membres de l’appareil judiciaire…et capable d’offrir au quotidien des prestations dites "d’hospitalité" : une place dans une [&hellip


Fin avril : déjà quelques fleurs fanées !

Le 30 avril 2015

L’OMS : un rapport sur la cigarette électronique affligeant, admettant du bout des lèvres que celle-ci pourrait aider quelques fumeurs à arrêter, après échecs répétés des traitements traditionnels; par contre, le vapotage passif devait être évité du fait de sa toxicité potentielle pour la femme enceinte, le fœtus et l’enfant, car possiblement responsable d’un retard mental ; tout cela au conditionnel… Madame Chang, présidente de l’OMS défendait elle-même devant la Presse, hors conférence mondiale, ses vues sur la cigarette électronique. On peut rappeler combien l’OMS se voit actuellement reprocher sa politique internationale à propos d’Ebola… Et l’Europe de la e-cigarette? Certains pays l’interdisent (Pologne, par exemple) ; d’autres la tolèrent, mais sans nicotine (Suisse) ; peu osent la conseiller, tel le Royaume-Uni, toujours efficace et pragmatique, " puisqu’elle est certainement moins dangereuse que le tabac ". La France " La France rejoint le peloton de tête des États développant une politique visionnaire en matière de lutte contre le tabac " " La France rejoint le peloton de tête des États développant une politique visionnaire en matière de lutte contre le tabac " a retenu notre Ministre, heureuse de ce compliment décerné par Madame Chang, elle aussi experte en matière lutte contre le tabac …. Marisol Touraine ne parait pas trop affectée par ce paradoxe gouvernemental majeur : l’État met en vente libre un produit sur lequel il est écrit qu'il tue ; par contre il freine l’utilisation de la cigarette électronique, ennemie du tabac, dont il interdit l’usage dans l’espace public, ce qui pourtant n’importune personne ; mais on peut y fumer sans y être inquiété... Autre paradoxe : le report de plusieurs hausses prévues du prix du tabac ; or c’est un des outils reconnus pour son efficacité ; ce report est salué par les buralistes, qui se consolent de l’aventure du paquet neutre, l’arme de destruction massive que brandit notre Ministre. Qui commande? Bercy ? La Santé Publique? Ou personne ? La liste, brouillonne, des interdictions s’allonge, tenant lieu de politique ; tout cela au bénéfice des cigarettiers, qui développent leurs nouveaux produits sans craindre la concurrence, puisque la cigarette électronique est interdite de publicité. Chaque jour apporte aux rédactions son lot d’histoires insolites concernant la cigarette électronique sans attendre le démenti des experts qui mettront quelques heures ou plusieurs jours pour contrôler soigneusement les rumeurs et se manifester ; mais le mal est fait : le fumeur retient le doute… On attend, sans hâte la validation sénatoriale d’une Assemblée qui compte dans [&hellip


ECLIPSE SOLAIRE : protégez vos yeux !

Le 23 mars 2015

L’ouverture donnée par l’Académie Nationale de Médecine (ANM) reconnaissant que la cigarette électronique peut aider à l’arrêt du tabac est certes un pas en avant. Mais quelques points restent à préciser. L’un des trois signataires du rapport est pharmacien. Il connait le métier. Quel va être le rôle du pharmacien ? " des recharges exemptes de tout adjuvant influençant la saveur, l’odeur ou le parfum aux fins d’accroitre l’appétence " C’est à lui qu’il revient de recevoir la demande du fumeur qui voudrait utiliser une cigarette électronique pour s’arrêter. On est donc dans le domaine du médicament, et non plus dans celui d’un produit de consommation courante, pourtant statut actuel reconnu à la cigarette électronique par la Directive Européenne. Les pharmaciens sont-t-ils volontaires pour assurer cette prise en charge ? Apparemment oui. L’Académie Nationale de Pharmacie a déclaré le 6 février dernier que la cigarette électronique devait être « exclusivement réservée aux personnes en cours de sevrage nicotinique, afin d’éviter qu’elle ne soit une porte d’entrée vers le tabagisme classique». On voit qu’elle se tient bien informée des vrais problèmes… Statut d’un médicament ? Connaissant la complexité des règles et la longueur des démarches nécessaires à l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché, l’ANM propose qu’une procédure simplifiée soit utilisée : « il s’agit en effet d’une variante du spray de nicotine déjà sur le marché ».Cette remarque pleine de bon sens doit rassurer le vapoteur : il manipule donc déjà sans le savoir un outil qui a la qualité d’un médicament! Le matériel mis à disposition ? En dehors d’un accès à des dosages de nicotine pouvant dépasser les 20 mg/ml, privilège du pharmacien, de quelle gamme de produits ce dernier peut-il disposer ? L’ANM lui précise que les recharges doivent être « exemptes de tout adjuvant influençant la saveur, l’odeur ou le parfum aux fins d’accroitre l’appétence… ». En clair : on n’est pas là pour vous faire plaisir… On sait l’importance que les vapoteurs attachent à cette possibilité de varier à leur guise la composition de leurs mélanges…Ils apprécieront ! Par ailleurs aura-t-il à sa disposition des dosages de nicotine élevés, correspondant aux besoins des fumeurs les plus dépendants ? 50 mg/ml par exemple ? Ce serait un des rares points positifs de ce projet… Le temps nécessaire ? Un pharmacien a-t-il le temps de vous expliquer tout ce que vous voudriez savoir avant de vous lancer ? Mieux vaut probablement s’adresser à une boutique professionnelle, dont c’est le métier de vous renseigner et de vous aider dans votre [&hellip


Peut-on améliorer la cigarette électronique ?

Le 22 décembre 2014

 " la satisfaction du consommateur relève d'un équilibre subtil entre deux composantes: le sensoriel et la qualité du matériel" Riccardo Polosa dirige le centre de recherche de l'université de Catane, Italie; responsable scientifique de la Ligue Italienne anti tabac, il est l'un des experts européens les plus réputés en matière de cigarette électronique, développant une recherche à la fois théorique et pratique originale. La place de la nicotine dans l'aide à l’arrêt du tabac: Étude ECLAT Cette étude propose à des fumeurs n'ayant pas l'intention d'arrêter trois cigarettes électroniques d'aspect identique, mais avec des dosages de nicotine différents, attribuées par tirage au sort: A=24 mg/ml de nicotine; B=18 mg/ml de nicotine et C= sans nicotine. A un an, les vapoteurs du dosage le plus fort sont 12% à avoir arrêté; ils sont 3% en l'absence de nicotine; le groupe  B est intermédiaire. Jusqu'ici, la logique est sauve. Écouter les consommateurs! Interrogés sur leur degré de satisfaction pour leur e-cigarette, ils sont vingt à trente pour cent à trouver le matériel compliqué, encombrant et trop lourd; alors que 70% du groupe C se plaignent d'un manque de goût. Dans le groupe A cette remarque ne concerne qu'un vapoteur sur quatre! On est loin du problème du dosage de nicotine… Voilà l'étude, résumée à l'essentiel. Quels enseignements peut-on tirer de cette expérience? Le premier est certainement le niveau modeste d'arrêt. Mais pour des fumeurs apparemment non motivés, il est dans la moyenne de ce qu'on observe avec un traitement par substitution nicotinique seule. Plus important : on voit que la satisfaction du consommateur relève d'un équilibre subtil entre deux composantes: -d'une part celles qui font préférer la e-cigarette à celle de tabac (le goût, donc les arômes, et la nicotine): on est dans le "sensoriel" pur -et d'autre part le sérieux du matériel: sa fiabilité et l'aisance de sa manipulation; on est dans le domaine du rationnel. La e-cigarette du futur? Une grande marge d'amélioration Faire la synthèse de ces éléments mène à imaginer un produit plus léger, moins encombrant, de manipulation et d'entretien plus faciles, possédant des réglages multiples pour s'adapter plus étroitement aux désirs du moment. On voit l'importance portée aux arômes, que veulent limiter les Directives Européennes… Ces matériels de future génération, plus performants, devraient séduire de plus nombreux candidats, rebutés par la technique, ou par le manque de saveur; les progrès envisagés par R Palosa laissent espérer un nombre croissant de [&hellip



Retour en haut de page ↑