Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 4, Impasse aux charmes d’Asnières 21000 Dijon - 03 80 53 61 19 - contact@rpt21.fr

Édito du 13 décembre 2017
difficile que vous n’ayez pas entendu parler du tabac

Parmi nos actualités nationales quotidiennes, mort d’hommes illustres, chômage, dettes de la France, résultats sportifs...que vous soyez fumeur ou non, il est difficile que vous n’ayez pas entendu parler du tabac...

On n’en a jamais parlé autant ! C’est la fin du 2ème Moi(s) Sans Tabac. L’efficacité du premier n’est pas encore connue. On finit par garder en mémoire les 78.000 victimes annuelles, par cancer, en particulier du poumon, par insuffisance respiratoire, par maladies cardio-vasculaires, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral...

C’est au point que William Lowenstein, président de SOS ADDICTIONS demande que le tabagisme devienne une grande cause nationale, à l’égal du SIDA et des accidents de la route, dont les victimes sont bien moins nombreuses...

" les problèmes soulevés sous le ministère de Marisol Touraine et restés non résolus "

Que fait-on en pratique contre ce fléau ?

On fait beaucoup, avec peu de moyens : consultations gratuites, groupes d’aide à l’arrêt, proposés aux jeunes en milieu éducatif, aux entreprises, mobilisation et formation des professionnels de Santé, infirmières, sages-femmes...

Le Pr Agnès Buzyn , notre ministre des Solidarités et de la Santé dont les responsabilités s’étendent aussi au domaine social et familial doit affronter des difficultés nouvelles ; citons l’intolérance au levothyrox, le débat européen sur le glyphosate, la polémique vaccinale très médiatisée avec ses 11 vaccins pour le nourrisson , le malaise hospitalier croissant, associant  " burn out ", suicides de personnels de santé divers, sur fond de déserts médicaux en progression...Sans compter les nombreux problèmes soulevés sous le ministère de Marisol Touraine et restés sous le tapis (Complète opacité des négociations sur le coût des médicaments, scandales de l’administration de maisons de retraite, essais thérapeutiques mortels...).

" l’augmentation du coût à doses homéopathiques n’a donc pas pour but la diminution du tabagisme "

Et l’augmentation du coût du paquet à 10 euros?

Si l’idée est bonne en soi, on sait depuis des années que pour être efficace l’augmentation doit être importante et brutale.

Le projet actuel étalant cette augmentation à doses homéopathiques de la fin 2017 jusqu’en 2020 fait perdre tout son sens à cette opération ; elle n’a donc pas pour but la diminution du tabagisme ; elle est purement financière.

Elle encouragera simplement le recours aux filières illégales, et fera fumer différemment, en particulier du tabac à rouler plus toxique mais temporairement moins cher.

Alors, place au pessimisme ?

Il existe de très nombreuses bonnes volontés, associant compétences et dévouement, qu’on trouve chez les Professionnels de Santé, et aussi chez les usagers désirant s’arrêter : pourquoi ne pas leur demander leur avis ? Oser la fameuse "démocratie participative "...Peut-être entendrons nous alors parler de la cigarette électronique, qui a tant de succès, notamment au Royaume-Uni ?

Voir Article "Quelques rappels".

» Voir les anciens éditos

  • A la une
  • A la une
  • A la une
  • Actu tabac
Retour en haut de page ↑