Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

Edito 19 JUILLET 2016
L’humeur du temps  « chaotique et orageux » ? Ou « calme et ensoleillé » ? 

ruban-noir-deuil

Au moment où cet éditorial devait être mis en ligne, un attentat venait brouiller ce ciel d’été, entrainant avec lui horreur, indignation, incompréhension... Pourquoi tant de haine ? Les membres du Réseau Prévention Tabac de Côte d’Or sont de tout cœur unis à la douleur des victimes survivantes et de leur famille. Pour qu’ils ne perdent pas l’espoir d’une vie meilleure.
 
Pour ceux qui ne seraient pas au courant, une compétition de football a eu lieu, qui a monopolisé pendant ces neuf dernières semaines l’attention des media. En dehors de cet évènement, qu’est devenue la lutte contre le tabagisme ?

storm-shine

Le Premier Sommet de la Vape : 9 mai 2016

Organisé à l’initiative de Jacques LE HOUEZEC, du Pr Didier JAYLE et du Pr Bertrand DAUTZENBERG, il a réuni toutes les parties prenantes, scientifiques, politiques, associations, autorités de santé, fabricants et distributeurs, et usagers. Il s’est tenu au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM). Son objectif : faire le point sur l’ensemble des données actuelles sur la vape et réfléchir à son avenir. Le Pr Benoit Vallet, directeur général de la Santé, représentait Marisol Touraine.

D’après le compte rendu publié par Jacques LE HOUEZEC :

Six points font consensus

1. En utilisation normale, les émissions de la vape ont une composition au minimum 20 fois moins toxique que la fumée de tabac.
2. Les produits de la vape bénéficient de normes de qualité qui doivent rassurer les fumeurs.
3. La vape a très certainement permis à de très nombreux fumeurs d'arrêter ou de réduire leur consommation.
4. Les clefs du succès sont un matériel adapté au fumeur, des arômes plaisants, une dose de nicotine adéquate.
5. Pour les adolescents, l’e-cigarette apparait plus comme un concurrent du tabac que comme un produit d’initiation
6. Des études de suivi de cohortes de consommateurs sur le long terme sont nécessaires afin de confirmer les bénéfices qu’apporte le vaporisateur personnel.

"C'est une prise en main de la dépendance par les dépendants eux-mêmes". Pr Gérard Dubois représentant l'Académie de médecine

Trois points restent l’objet de débats, principalement liés à la place du produit dans la société :

7. Les vapoteurs et de nombreux professionnels de santé demandent, comme l’ont fait les associations de vapoteurs du Royaume Uni, un signal fort et clair de la part de nos autorités sanitaires en faveur de la vape.
8. Alors que toute publicité sur le tabac est désavouée, on ne devrait pas en interdire l’usage aux professionnels de la vape qui luttent contre le tabagisme
9. La règlementation du vapotage dans les lieux publics et de travail est le point le moins consensuel, quand tous reconnaissent l’absence ou quasi absence de risque sanitaire. Elle serait à rediscuter dans le cadre de la Loi de Santé.

Le Pr Gérard Dubois représentant l'Académie de médecine a souligné l’exemplarité de la démarche : "C'est une prise en main de la dépendance par les dépendants eux-mêmes".

La journée s’est terminée par la promesse de la création d'un groupe de travail initié par la Direction Générale de la Santé. Bref, un succès.

Les suites : création de la SOVAPE qui assurera l’organisation des prochains " sommets", à l’image de ceux de la Royal Society.

La SOVAPE est présidée par Jacques Le Houezec .Il est aidé de Sébastien Béziau, blogueur de Vap’you,  Nathalie Dunand, rédactrice à fr.Vapingpost.com, et Laurent Caffarel, Expert juridique et financier.

Comme il l’avait promis, Benoit Vallet, directeur général de la santé a reçu le 7 juillet dernier les participants du groupe de travail pour leur première rencontre officielle.

Global Forum on Nicotine

Ce troisième Forum s’est tenu à Varsovie les 17 et 18 juin 2016. Il a fait s’exprimer 33 personnalités, dont 12 du Royaume-Uni, 6 des Etats-Unis, 3 du Canada. On comptait des représentants d’Australie, de Nouvelle Zélande, de Corée du Sud, d’Inde, où se tiendra en Novembre la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Parmi les Français, deux des organisateurs du 1er Sommet de la Vape, Jacques Le Houezec et B Dautzenberg.

On notera l’importance de la représentation Britannique, montrant leur avance dans la réflexion, la législation, et leur pragmatisme dans le domaine de la vape. Rappelons que le Royaume-Uni a organisé dès 2013 une réunion annuelle consacrée à l’e-cigarette : le Royal Society Summit. Toute l’actualité scientifique concernant la vape s’y est trouvée passée en revue.

Rapprochement franco-britannique des professionnels de la vape

Une réponse anticipée au Brexit ?

Dix jours avant les résultats du Brexit, la Fédération interprofessionnelle de la Vape (FIVAPE) et l’Association britannique des Professionnels indépendants de la Vape (IBVTA)  annonçaient leur rapprochement : une Coalition européenne de la Vape indépendante (ECIV / European Coalition for Independent Vape).

On appréciera cette dimension "européenne" affichée d’emblée car les besoins, comme les menaces, sont les mêmes : garantir l’accès à un large choix de dispositifs de vapotage et à la diversité des e-liquides, en composition et en saveurs, sans entrave à la liberté du commerce entre les 28 Etats membres ; sans taxes déraisonnables et injustifiables pour des entreprises qui n’ont rien à voir avec le tabac et qui ont aidé, d’après les résultats de l’Eurobaromètre 2014, plus de six millions de fumeurs à s’arrêter.

» Voir les anciens éditos

  • A la une livre-art-2016
  • A la une toulouse
  • A la une boxe
  • Actu tabac ane
Retour en haut de page ↑