Réseau Prévention Tabac de Côte d'Or - 1, rue Nicolas Berthot - 21035 Dijon Cedex - 03 80 63 68 36 - contact@rpt21.fr

Édito du 28 Novembre 2016
Gérer un ministère de la santé par la parole : une innovation

Quel que soit l’avenir de notre République, tous nos concitoyens se sentent concernés par celui de leur santé. Trois éléments sont à prendre en compte : l’enthousiasme et le dynamisme des professionnels de Santé ; la qualité de l’écoute des responsables de la Santé Publique ; le coût de la Santé.

portable2

L’enthousiasme et le dynamisme des professionnels de Santé

On ne fera rien sans eux. Enquêtes, sondages... se sont multipliés qui montrent que, quel que soit leur place dans la hiérarchie professionnelle et leur mode d’exercice, public ou privé... toutes et tous aiment leur travail et trouvent leur motivation dans l’amélioration de la santé de leurs patients; tous se désolent des contraintes croissantes, administratives et autres. Une sensation d’étau qui se resserre. Au point que certains décident de s’arrêter, voire de changer de métier, trop déçus de leurs conditions d’exercice. Mais renoncer à son idéal n’est pas chose facile.

La qualité de l’écoute des responsables de la Santé Publique 

La "démocratie participative", proclamée haut et fort, n’est pas au rendez-vous...Interpellé à maintes reprises par des structures associatives, notamment par celles qui sont en lien avec les Addictions, le Ministère de la Santé n’a pas daigné répondre. Or notre ministre a la parole facile. Elle est plutôt brillante à l’oral ; à toutes les questions dérangeantes, la réponse est simple et devenue quasi réflexe ces derniers temps: "Nos services y travaillent, et d’ici peu... ".

Le coût de la Santé

L’annonce faite par Marisol Touraine, de la diminution du déficit de la Sécurité Sociale, le si fameux "trou de la Sécu" en a étonné plus d’un, doutant des méthodes de calcul utilisées...Les restrictions budgétaires imposées aux établissements de Santé se sont vite révélées dangereuses pour les patients, retardant les diagnostics et les traitements. La sélection des patients "rentables", permettant une rotation plus rapide, le renvoi des plus nombreux, porteurs de maladies chroniques, souvent âgés, à un "Parcours de soins" pas toujours opérationnel, sont autant de dérives où l’hôpital a perdu sa vocation. Ces patients sont ainsi renvoyés à leur domicile sans qu’une solution satisfaisante ait pu être mise en place, irritant les proches et le médecin traitant.

Une curieuse politique de la gestion des médicaments, où l’on paye des spécialités rares plus cher que dans d’autres pays, et où on continue à rembourser des médicaments "inefficaces et potentiellement dangereux" (Maladie d’Alzheimer, sur décision personnelle de la Ministre) contre l’avis de médecins spécialistes, qui demandent officiellement à leurs confrères de ne plus les prescrire.

Les résultats d’une telle politique

Une ministre hyperactive, donnant son opinion sur tout, arc-boutée sur ses certitudes, entourée de collaborateurs compétents qui ne peuvent s’exprimer qu’en prenant le risque de la démission...

Dans le contexte politique actuel, elle se sait obligée d’envisager la suite. On fait savoir dans sa région d’élection quittée en 2010 pour son poste Ministériel, qu’elle y est toujours fort présente, gratifiant ses électeurs éventuels de subventions, surprenantes, imprévues dans un tel climat de réductions budgétaires...!

Marisol Touraine réfugiée comme une Jeanne d’Arc laïque dans son électorat potentiel, maintenant devenu l’objet de toutes ses attentions...

» Voir les anciens éditos

  • A la une livre-art-2016
  • A la une toulouse
  • A la une boxe
  • Actu tabac ane
Retour en haut de page ↑